Faut-il construire des centrales nucléaires?

Retour

 

L'avenir m'intéresse parce que c'est là que j'aimerais passer mes prochaines années (Woody Allen)

L'industrie nucléaire nous fournit une énergie électrique propre (pas de rejets de fumées), bon marché et sans danger (très peu d'accidents dans les centrales nucléaires). C'est du moins ce qu'elle nous dit.

Une énergie propre, c'est tout relatif pour deux raisons:

D'une part l'extraction de l'uranium est dangereux pour la santé des mineurs. Mais bien-sûr aucune statistique ne filtre. Et puis l'extraction de ce minerai provoque la dissémination de poussières radioactives qui contribue à l'augmentation de la radioactivité ambiante, ce qui n'est pas très réjouissant.

 

D'autre part on oublie le problème posé par l'élimination des déchets radioactifs des centrales. Bizarrement, dans ce cas-là, l'Etat ne parle jamais du principe du pollueur-payeur ! Et pourtant il faut bien les éliminer ces déchets-là et en toute logique ce devrait ceux qui les produisent qui devraient le faire. Eh bien non ! Si on prend un exemple qui nous touche de près: la centrale nucléaire expérimentale de Lucens dont le coeur a fondu en 1969, ce qui a constitué le premier accident majeure de l'ère nucléaire. Par bonheur il n'y a pas eu de blessé mais la centrale a dû être décontaminée puis bétonnée pour éviter une contamination radioactive de son environnement. Sous la colline de Lucens, il se trouve des déchets radioactifs dont certains vont rester dangereux pendant des centaines de milliers d'années, le plutonium 239 par exemple. Il en reste (c'est une estimation officielle) dans les 50 mg dans la grotte. Or il suffit d'un seul microgramme pour tuer un homme. Il y a donc de quoi tuer 50'000 personnes dans cette grotte, sans parler des autres nucléides !...

On pourrait penser que c'est le consortium qui a construit cette centrale, la "Société nationale pour l'encouragement de la technique atomique industrielle" (SNA, un consortium de producteurs d'électricité), qui est le responsable de la surveillance du cimetière atomique de Lucens pour les 100'000 années à venir et plus. Eh bien non, en 1992 la SNA a remis à l'Etat la gestion et cette responsabilité-là ! C'est donc la collectivité qui devra supporter à tout jamais les suites de cet accident.

 

Une énergie bon-marché

Oui si on ne la regarde que sous l'angle de sa production. Une centrale coûte cher mais rapporte ensuite beaucoup, ce qui permet d'en amortir facilement la construction et l'exploitation (y compris l'achat d'uranium qui reste encore relativement bon marché). Mais c'est après que cela se corse et de cela on ne parle jamais.

Une fois désaffectée, une centrale doit être démantelée, ce qui signifie décontaminer ce qui peut l'être et ensuite stocker pendent des centaines de milliers d'années tout ce qui reste radioactif (machines, canalisations, bâtiments, habits, outils, sans parler du coeur de la centrale, des fluides caloporteurs et de refroidissement, etc.) Cela fait des tonnes de matériaux qu'il faut stocker à l'abri de tout être humain (pour éviter leur contamination) et qu'il faut refroidir en permanence car la radioactivité fait chauffer les produits qui en contiennent, c'est le principe de la production d'énergie par le nucléaire.

Les déchets radioactifs ne peuvent pas être "nettoyés" de leur radioactivité aucune technique ne le peut. Il faut tout simplement laisser ces déchets perdre naturellement leur radioactivité jusqu'à ce qu'ils ne présentent plus aucun danger pour l'être humain. Le Plutonium 239 a une période radioactive de 24'110 ans ce qui signifie qu'il aura perdu la moitié de sa radioactivité au bout de ce laps de temps. Que la moitié !...

 

Au début de l'ère nucléaire, les déchets étaient vitrifiés dans des tonneaux métalliques qui étaient ensuite coulés dans la mer. Mais on s'est aperçu que c'était très dangereux car les  tonneaux rouillaient et leur contenu venait en contact avec l'eau de mer, avec les conséquences qu'on imagine. On a ensuite mis ces tonneaux dans des mines de sel, jusqu'à ce qu'on s'aperçoive qu'on finissait par retrouver de la radioactivité dans les nappes phréatiques. Actuellement on pense les mettre dans des grottes, de façon réversible en cas de pépin, mais qu'il faudra éternellement en assurer la surveillance.
 

Se pose alors une question: A-t-on moralement le droit de léguer ces déchets-là à nos enfants, qui devront aussi en assurer le financement? Je pense qu'aucun parent ne peut répondre par l'affirmative à cette question.
 

 

Chaque centrale suisse doit alimenter un compte bancaire pour assurer son démantèlement. Malheureusement l'estimation qui est faite des coûts de démantèlement eet très fortement sous-estimée, d'autant plus que les électriciens nucléaires jouent sur les mots. Ils n'incluent pas le traitement des déchets dans le démantèlement... Il en résulte un large sous-dimensionnement de la réserve financière. Actuellement aucune centrale suisse n'arrive à une réserve de 1 milliard. Or, en France par exemple, on s'est rendu compte que la sous-estimation des frais de démantèlement était au moins sous-estimée d'une facteur 10. Il sera intéressant de connaître à combien reviendra celui de Creys-Mallville, en cours actuellement. Mais on sait déjà que celui de Marcoule (UP1) est estimé à 6,2 Milliards d'Euros. Donc parler de 10 milliards n'est pas une vue de l'esprit. Somme qui serait à la charge de la collectivité en cas de faillite du propriétaire... Et on ne parle que de démantèlement, pas de tout le  processus "démantèlement- traitement des déchets" car là on peut multiplier ce chiffre à l'infini puisqu'il faudra surveiller les déchets pendant plusieurs centaines de milliers d'années !...

Une énergie sans danger

Oui si l'on ne parle que des accidents de personnel au sein des centrales. Mais en cas d'accident majeur comme celui de la fonte du coeur du réacteur (syndrome chinois) ?

On a l'exemple de Tchernobyl (Ukraine), dont seuls une soixantaines de personne ont été officiellement tués par l'accident. Ceci est bien-sûr une grossière désinformation puisque rien que les "liquidateurs" qui ont évacué les restes de l'explosion à la pelle sont tous morts à l'heure actuelle. Les organismes spécialisés estiment à plus de 100'000 les victimes de cet accident (par cancers, malformations et autres). Et le terrain dan un rayon de 60km autour de la centrale reste interdit à tout être humain, et ce pour des milliers d'années.£

Et récemment il y a eu Fuskushima au Japon.
Là aussi des milliers de kilomètres carrés resteront inutilisables à tout jamais à vue humaine. Et quelles seront les conséquences du déversement d'eau radioactive dans la mer ? Actuellement la pêche y est interdite, les poissons étant inconsommables à cause de leur radioactivité.

C'est bien cela le plus grand danger d'un accident nucléaire: le terrain contaminé le reste à tout jamais et ceux qui y habitaient n'ont pas d'autre solution que de partir ailleurs, en perdant leurs maisons qu'aucune assurance ne veut couvrir pour ce genre d'accident.
 

 

Conclusion

On peut se voiler la face et penser que les accidents arrivent toujours ailleurs et pas chez soi. Mais il faut bien réaliser que l'industrie nucléaire est une des activités industrielles les plus dangereuses que l'Homme ait inventé. Et c'était un prétexte pour produire du plutonium nécessaire à la fabrication de la bombe atomique (y compris en  Suisse !).

Aucune mensonge n'y fera, les conséquences de l'exploitation de centrales nucléaires et des accidents qui s'y produiront sont tellement énormes qu'il est impossible de cautionner une telle industrie. Il ne faut plus construire ce genre de centrales et planifier le démantèlement de celles qui arrivent en bout de vie. Si possible sans attendre qu'elle soient accidentées, mais en les  laissant finir leur vie jusqu'à l'échéance prévue. Sans cela les électriciens nucléaires exigeront des milliards de dédommagement à la collectivité !...

Pour en savoir plus sur le nucléaire:
- Nuclinfo (information côté opposants)
 

 


 


("Electriciens" étant vu ici comme "entreprises qui nous vendent notre électricité)

 

Du point de vue de la sécurité, plus une installation de production d'électricité est petite et plus elle est  sûre. Comparons une petite centrale photovoltaïque familiale à une grande centrale atomique:

  1. Techniquement, c'est plus facile de dépanner un équipement petit qu'un gros. D'autant plus que, généralement, ce genre d'appareil n'utilise que des composants standards. Dans le pire des cas, il suffira simplement de remplaçant le module en panne. Et on peut très bien avoir un module de rechange en réserve, si la centrale est petite, c'est tout-à-fait possible du point de vue du prix. Par exemple, un onduleur de quelques kiloWatts coûte dans les 1000-2000 Francs au maximum.

    C'est l'inverse dans une une centrale nucléaire car les spécialistes coûtent très cher dans ce domaine, de même que les pièces de rechange, qui ne peuvent  être remplacées qu'avec de gros moyens technologiques à cause des dangers de la radioactivité. Impossible aussi d'avoir tous les composants d'une centrale atomique en stock, il en faudrait quasiment une seconde en réserve.
     

  2. Une petite centrale ne sera immobilisée que très peu de temps en cas de panne, quelques minutes voire quelques heures au maximum en général, le temps de remplacer le module défectueux, ce qui est tout-à-fait supportable pour une famille.  Un simple électricien pourra le faire ou même le chef de famille s'il ne s'agit que de remplacer l'onduleur par exemple.

    C'est l'inverse pour une grosse centrale car ce seront alors 50'000 clients qui seront privés d'électricité. Et là  le temps de dépannage se chiffre en général en semaines, voire en mois, surtout s'il faut arrêter le processus de fission. Il faudra alors alimenter les clients avec de l'électricité achetée ailleurs ce qui fera de gros frais et un gros manque à gagner pour le propriétaire.
     

  3. Une petite centrale n'est un danger pour personne. Si elle tombe en panne, la seule conséquence sera un arrêt de sa production de courant. Tout au plus un court-circuit sur le système électrique pourrait-il mettre le feu au bâtiment, quoique toutes les précautions puissent être prises pour l'éviter.

    C'est l'inverse avec une centrale nucléaire car là les conséquences d'un accident majeur seront incalculables, on l'a vu à Tchernobyl et à Fukushima. Dans le pire des cas ce pourrait être le quart du territoire suisse qui deviendrait inhabitable à tout jamais. Ses habitants devraient partir ailleurs et perdraient leurs maisons, qu'aucune compagnie n'accepte d'assurer contre un risque nucléaire.

    C'est comme avec un chien qui vous mord et dont le propriétaire vous dit niaisement "Mais c'est la première fois qu'il mord!". Dans le cas du nucléaire, on vous dira la même chose ("un accident majeur est statistiquement impossible") , mais ça vous fera une belle jambe car vous aurez perdu le fruit d'une vie de labeur, votre maison et ce qu'elle contient, et vous deviendrez un demandeur d'asile !
     

Mais alors, me direz-vous, puisqu'une centrale à taille humaine est plus sûre qu'une grande centrale, (small is beautiful) pourquoi diable les Electriciens s'obstinent-ils à vouloir ce mode de production d'énergie-là ?

 

Tout simplement parce qu'elles leur rapportent beaucoup, beaucoup d'argent.

 

Les clients sont captifs et n'ont d'autre solution que de payer leur électricité au prix fixé par les producteurs. Et ils faut de très gros moyens pour être propriétaire d'une centrale atomique, ce qui limite considérablement la concurrence, on peut même parler sans crainte d'un monopole. Et cela, c'est bien-sûr le rêve de tout capitaliste et c'est d'ailleurs de cette façon-là que se sont faites les plus grandes fortunes.

 

Il en va de même avec les pertes financières. Si vous demandez de l'aide à l'Etat parce que votre petite centrale est en panne, on ne vous répondra même pas. Mais si maintenant, le danger est si grand qu'il met en péril le pays entier, là l'Etat n'aura d'autre choix que d'ouvrir ses coffres pour circonscrire les dégâts. C'est le principe de

 

"privatiser les bénéfices et socialiser les pertes"

 

On le voit chaque jours avec les grands banques par exemple. Elles ont fait frauder le fisc à leurs gros clients (aux USA par exemple), elles ont vendu des produits structurés qui n'avaient aucune garantie (les "subprimes"), elles ont trafiqué les cours monétaires (du Libor, le taux interbancaire, entre autres), elles ont trahi leurs clients en donnant leurs noms au fisc américain. Le patron d'une petite entreprise serait  en prison pour longtemps, lui, mais pas les cadres de ces banques-là, elles sont trop grosses (leur CA dépasse même le PIB de certains pays). Non, les cadres de ces banques-là se font oublier mais continuent à toucher leurs bonus et leurs salaires pharamineux (qui donnerait un bonus à un dirigeant qui fait perdre de l'argent à une entreprise?). C'est le principe di

 

"Too big to fail", trop gros pour faillir !

 

Le principe est simple: si je te prête 100 Fr, c'est toi qui aura le souci de me les rendre. Mais si je te prête 10'000 Fr, c'est moi qui me ferai du souci et qui n'en dormirai pas la nuit jusqu'à ce que tu me les rendes !

 

 

Alors la grande question:
 

Pourquoi diable notre gouvernement a-t-il  confié la tâche de développer la production durable et décentralisée d'électricité à ceux qui n'ont aucun intérêt à la favoriser ?

 

Chacun répondra ce qu'il voudra mais la conséquence de cette erreur historique est que la Suisse a irrémédiablement raté le virage de la production durable d'énergie. C'est dommage car nous avions tous les atouts en mains pour qu'une industrie se développe et prospère dans ce domaine. Au lieu de cela, les Electriciens se sont arrangés pour faire traîner les choses  ("nous n'arriverons jamais à produire suffisamment d'électricité de cette manière.") et l'Etat, qui est entre parenthèse propriétaire de la plus grande partie des entreprises de production d'électricité, a limité les subsides à la construction d'installations solaires ce qui fait qu'aujourd'hui il y a 28'000 demandes en attente !

 

Pendant ce temps, l'Allemagne a décidé avec courage de sortir totalement du nucléaire et à ce jour, sa production durable couvre déjà les 20% de ses besoins, ont voit des capteurs solaires sur la plupart des maison!

 

Centrales nucléaires. Responsabilité civile de l’Etat
Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat 11.3356 du 13 avril 2011 déposé par le conseiller national Vischer. Publié le 21 janvier 2015

 

Retour