Revue de presse

Retour
 

Ceux qui ne savent rien faire, ceux qui ne peuvent rien faire et ceux qui ne veulent rien faire
ont quelque chose en commun: ils ne font rien !  Le Chat


Par ordre chronologique inverse, les plus récentes en haut


[ RIE III ]
RIE III et 9 février

24 Heures du 3 février 2017
Lettre de Michel Vonlanthen

 


 

Rien de plus antisocial qu'une taxe fixe

24 Heures du 3 juin 2015

Lettre de Michel Vonlanthen

 

COMMENTAIRE

 

Je n'aurais pas mieux dit!...

 


Le seul impôt à pouvoir augmenter sans possibilité de vote populaire

24 Heures du 26 mai 2015
Christophe Raymond

 

COMMENTAIRE

 

C'est bien cela!...

 

 

 

 


[ Taxe radio-TV ]

Redevance ou impôt ?
Marie-Hélène Miauton
Le Temps du 8 mai 2015

 

COMMENTAIRE

 

Mise à part l'injustice absolue qui consiste à faire payer pour des services dont on ne bénéficie pas ou qu'on ne veut pas utiliser, tout est dit.


[ Taxe radio-TV ]
La taxe radio-TV, un champ miné pour l'Europe
Le Temps du 1 mai 2015
Article d'Yves Petignat

COMMENTAIRES

L'objet de ce sujet de la votation du 14 juin est d'imposer une taxe radio-TV à tous les ménages et entreprises de Suisse, qu'ils soient usagers radio-TV ou pas.

Objection votre Honneur !

Que l'Etat veuille simplifier la perception de la taxe radio-TV afin de faire des économies d'accord, mais pas aux détriments de la Justice tout de même!

 

En l'occurrence, il y a des gens en Suisse qui ne veulent pas écouter la radio ou regarder la TV, avec de bonnes raisons pour cela. Par exemple:

  • Parce qu'ils ne veulent pas être assommés par le matraquage d'informations diffusées par ces médias à longueur de journée, toujours les mêmes, chaque heure, tout au long du jour et de la nuit. Ce gens veulent choisir librement ce qu'ils veulent écouter ou regarder. Ils peuvent le faire librement sur le web ou avec les journaux, contrairement aux médias linéaires tels que la radio et la TV, où ils sont obligés de subir ce qu'il s'y diffuse.
     

  • Parce qu'ils veulent choisir librement les sujets qui les intéressent. Par exemple s'ils n'aiment pas ceux que la RTS diffuse à longueur de soirée: des série américaines débilisantes, des séries, des films ou des reportages sur des sujets violents (il n'y a pas un seul soir sans violence à la TV!).
     

  • Parce qu'ils ne veulent pas perdre des heures de leur vie à devoir subir de la publicité. Qu'y a-t-il de plus stupide que de devoir regarder de la pub souvent débile parce qu'on est devant sa TV et qu'on attend la suite du programme? Si on fait le compte, cela représente plus d'une heure par soir!
     

  • Ou tout simplement parce qu'ils n'ont pas les 461 Fr annuels de la taxe. Pour des gens pauvres, cette somme peut représenter plus d'une mois de nourriture. Pour un retraité qui n'a que son AVS, cela représente le 20% de son revenu, le cinquième de sa mensualité, soit l'équivalent du budget d'un mois de nourriture!...

 

Une taxe à 400 fr ?

 

Le Conseil Fédéral dit "ceux qui sont à l'aide sociale n'auront pas besoin de payer la taxe", ce sera l'Etat qui la paiera à leur place. Intention peut-être louable mais est-ce le but de l'aide sociale que de financer des loisirs? Il me semble plutôt que cette aide ne devrait concerner que des dépenses vitales. Surtout lorsqu'on sait qu'il y a 30% de citoyens en Suisse qui ne doivent pas payer leurs impôts fédéraux parce qu'ils sont trop pauvres! Veut-on continuer de creuser le trou de l'aide sociale?

 

Pourquoi une taxe ?

 

Socialement il n'y a rien de plus injuste qu'une taxe parce qu'elle s'applique sans distinction à tous, qu'on soit riche ou pauvre. Sauf que pour un riche qui se fait 20'000 Fr par mois, 400 Fr c'est l'argent de poche d'un jour, alors que pour un rentier AVS à 2300 Fr/mois, c'est la nourriture d'un mois!

Voir à ce sujet l'exemple de la taxe déchets telle qu'elle est appliquée à Bussigny!

Si le Conseil Fédéral veut imposer ce nouvel impôt (il s'en défend mais c'est bien de cela qu'il s'agit), alors qu'il respecte le principe de l'impôt et qu'il le dimensionne à chacun en fonction de ses revenus. Comme en Finlande par exemple (article ci-contre).
 

Pourquoi piéger la population et les entreprises ?

Parce que c'est bien d'un piège qu'il s'agit à partir du moment où on est obligé de payer un service même si on ne veut pas en profiter. De l'aveu du Conseil fédéral,  très peu de gens ne sont pas usagers des médias radio-TV. Plutôt que de les obliger à payer ce service inutilisé, il serait plus honnête de leur permettre de s'en dégager s'ils le désirent. Franchement, leur donner cette possibilité seulement pendant les 5 ans qui suivront  l'introduction du nouveau système de perception ça rime à quoi? Ca sent l'arnaque à plein nez!...

Envoyer à tous la facture de la taxe, éventuellement d'accord, mais alors annuler cette facture à ceux qui déclareront qu'ils ne veulent ni radio ni TV. Vu leur petit nombre, ce ne sera qu'une formalité.


 

Pourquoi une taxe radio-TV ?

C'est la question la plus importante! Certes il faut bien que l'infrastructure des émetteurs radio et TV soit financée. Mais la raison d'être de l'Etat et la raison pour laquelle nous acceptons sans rechigner de lui payer des impôts, c'est d'assurer à la population les bases de ses conditions de vie: des moyens de communication (routes, rail, aéroports, etc), de l'air et de l'eau, de l'ordre dans le paysage (urbanisation) et dans la vie courante (police), l'indépendance et la sécurité du pays (armée), etc, etc.

Que l'Etat se réserve un moyen de communication officiel indépendant est indispensable. Et pour cela, à l'époque d'Internet et des téléréseaux, il n'y a que les ondes hertziennes. Tous les autres moyens sont en mains privées. Mais lorsqu'on voit la dérive actuelle du service public vers le gigantisme (toujours plus de pub, toujours plus de revenus, toujours plus de taxe, toujours plus de salaires, en bref toujours plus gros), il y aurait moyen de redimensionner tout cela. Une mesure toute simple suffirait:
 

Pas de pub si le média veut bénéficier de la taxe


Comme, par exemple, sur France 2, chaîne étatique française (Pas de pub après 20 heures).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LSQF: Revue de presse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Nucléaire ]
Centrales nucléaires. Responsabilité civile de l’Etat
Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat 11.3356 du 13 avril 2011 déposé par le conseiller national Vischer
Publié le 21 janvier 2015

COMMENTAIRES

Les spécialistes estiment qu'un accident majeur de type 7 pourrait coûter dans les  4000 milliards de Francs. Or les propriétaires de centrales ne doivent s'assure en responsabilité civile que pour un montant de 1 milliard, ce qui implique que c'est l'état, donc l'ensemble des citoyens, qui paiera la différence. Or 4000 miliards, c'est 500'000 Francs par citoyen!... inimaginable!

Il faut dire qu'un accident majeur rendrait un grande surface du territoire suisse inhabitable, ce qui ruinerait une grande partie des propriétaires  de maison situées dans cette région (les accidents nucléaires ne peuvent pas être assurés par les propriétaires). Et ensuite il faut trouver où loger ces déracinés et financer leur déplacement. Sans même parler de la réparation ou de la mise hors service de la centrale accidentée, dont on estime le coût à 40 millards au minimum.

Conclusion: il ne nous reste qu'à prier qu'un tel accident ne se produise pas chez nous...

Et pourtant, plutôt que d'inventer de nouvelles taxes sur l'énergie afin de financer l'abandon du nucléaire et le passage aux énergies renouvelables,
ne serait-il pas plus judicieux de mettre les exploitants des centrales devant leur responsabilité et, ainsi, de les forcer à répercuter le vrai prix du courant nucléaire sur leurs factures? Cela nous inciterait tous à nous approvisionner en électricité "verte" plutôt que d'origine nucléaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Un potentiel modeste pour la construction de logements au-dessus des routes nationales

Document de l'Office Fédéral du Logement du 19.12.2014

 

COMMENTAIRES:

 

C'est bien, cette idée fait enfin son chemin. Voir le courrier des lecteurs du 17 janvier 2014 de 24 Heures

 

Mais encore questions en relation avec le titre ci-dessus:

 

1) Pourquoi seulement "routes nationale" ?
On pourrait aussi envisager de mettre à profit les routes cantonales et communales pour gagner en densité. Là cela ne susciterait certainement aucune opposition.
 

2) Pourquoi seulement "de logements" ?

Au-dessus des routes et autoroutes, on pourrait aussi envisager de construire des routes, des cheminements piétonniers et des pistes cyclables. Ce serait tout ça de plus laissé à notre belle nature.


[ Autoroute ]
Une autoroute enterrée plutôt qu'un contournement
24 Heures du 4 décembre 2014
Prise de position de Daniel Senn (ATE-Vaud)

COMMENTAIRES

Enfin nous sommes deux !
J'en avais émis l'idée dans le courrier des lecteurs du 17 janvier 2014 de 24 Heures

[ Taxe au sac ]
Sur le blog de Jean Christophe Schwaab
Se trouve sa critique de l'introduction de la taxe au sac à Bourg-en-Lavaux et en apparté la critique de la fusion de communes qui finalement ne fait qu'enlever des prérogatives aux élus locaux.
 

Sans concertation, nous arrivons exactement aux mêmem conclusions.


[ Taxe au sac ]
Les propriétaires gagne une bataille contre la taxe sur les déchets à Pully
24 heures du 15 novembre 2014
Article de Marie Nicolier

COMMENTAIRES

"...ce règlement est arbitraire et contraire au bon sens le plus élémentaire. Il n’y a aucun rapport entre le volume d’une habitation et la quantité de déchets produits."

"...le mode de calcul de la taxe ne peut atteindre aucun but pédagogique permettant de lutter contre la quantité de déchet."

Ces deux points peuvent être également appliqués au système décidé par les élus de Bussigny. Quelle est la valeur incitative et pédagogique d'une taxe de même montant appliquée à tous, qu'on trie ses déchets ou pas?

Un point négatif supplémentaire appliqué à Bussigny est celui de l'égalité devant l'impôt. Imposer une méthode qui fait perdre de l'argent aux pauvres et en fait gagner aux riches, c'est parfaitement amoral et inique! L'égalité devant l'impôt est bafouée, l'équité fiscale également !


[ Crédibilité de l'Etat ]
Ecopop et LAT même combat ?

 

24 heures du 7 novembre 2014
Courrier des lecteurs, lettre de Jean-Paul cavin

 

COMMENTAIRE

 

"Le matraquage de la classe politique unanimement opposée à Ecopop (alors même que les initiants s’expriment très peu) montre que l’initiative pose en réalité une bonne question."

 

On ne peut dire mieux sauf que les partisans de l'initiative tentent de s'exprimer mais on ne les publie pas. J'ai deux cas concrets parfaitement caractérisés à présenter à ceux qui en douteraient. Alors certes les courriers des lecteurs sont probablement inondés de lettre de lecteurs relatives à la prochaine votation mais l'équité voudrait que les médias publient 50% d'opinions pour et 50% contre. Ce n'est pas le cas et on voit bien là la limite de la liberté de notre presse. Qui paye commande et, en l'occurrence, on voit bien qui commande...

 

"... réfléchir à des solutions raisonnables pour endiguer une croissance dont il saute aux yeux de toute personne sensée que la poursuite effrénée nous mène tout droit vers une dégradation de notre qualité de vie, sinon dans le mur."

 

La Suisse est le pays d'Europe qui connaît actuellement la plus forte croissance de population. Actuellement elle croît au rythme de un million d'habitants chaque les 10 ans. S'il ne s'agissait que de construire des logements pour accueillir ces nouveaux-venus on trouverait des solutions.

 

Le problème c'est que cette croissance effrénée englue tout notre environnement et si on n'y prend garde, va amener la Suisse à sa ruine. Autoroutes et routes sur-saturées, files d'attente partout, devant les feux rouges, les bancomats, les guichets de cinéma, à l'administration, les caisses enregistreuses, etc.. Un million de résidents en plus signifie que vous rajoutez chaque 10 ans 15% de gens en plus devant vous dans les files et sur les routes.

 

En plus, et je dirais même "surtout", la croissance trop rapide de la population engendre des besoins énormes en infrastructures. Chaque arrivant doit pouvoir se faire soigner dans un hôpital, se faire mettre en prison, trouver une place de parc en ville, une place dans un train ou un bus, la liste est sans fin. Le financement des énormes travaux rendus indispensables par la rapide croissance de la population ne pourra se faire que par un endettement massif car l'influence des nouveaux arrivants sur les rentrées fiscales ne se fera qu'une fois leurs situation stabilisée et leurs carrières lancées, c'est-à-dire plusieurs années après leur arrivée. Cela signifie que nous allons devoir fortement endetter le pays car il est impensable de répercuter tout cela sur les impôts de la classe moyenne, déjà quasi seule à supporter le poids de la fiscalité.

 

Tout cela nous contraint à construire très vite des infrastructures pour accueillir ce surplus de population (100'000 par année répétons-le) et induit des dépenses pharaoniques. Et qui va payer tout cela? Les entreprises étrangères non puisqu'on les exempte d'impôts pendant 10 ans (ensuite elles partent), les très pauvres non puisqu'ils sont à l'aide sociale, les riches étrangers non plus puisqu'on leur fait des forfaits fiscaux qui divise leurs impôts par 100, les riches suisses non car ils "optimalisent". Reste la classe moyenne qui continue imperturbablement à croire tout ce qu'on lui dit et donc à suivre les consignes de vote qu'on lui donne (ordonne.

 

Reste encore le danger que la population autochtone se fasse dépasser par ceux qui ont une double nationalité et qui peuvent, en cas de grabuge, aller encore se réfugier dans leur autre patrie. Se faire dépasser en nombre (à Renens par exemple) et, pour peu que les nouveaux-venus obtiennent le droit de vote, se faire dicter la loi  lors des votations et élections. Pour prendre un exemple international, c'est la grande peur de Israéliens face aux Palestiniens et c'est la raison pour laquelle un pays unique ne verra jamais le jour dans cette région. Un autre exemple est la "Suisse du Moyen-Orient", le Liban, qui était un petit et beau pays commerçant, accueillant et pacifique. En l'espace de 50 ans, il s'est fait envahir par tous les belligérants de la région et n'est actuellement plus maître de son destin. C'est le Hezbollah qui fait la loi et qui a une armée plus puissante que l'armée nationale.

 

En fin de compte, tout est affaire de quantité. Tant que l'arrivée de nouveaux-venus dans le pays reste dans une proportion acceptable, disons quelques dixièmes de pourcents par année tout va bien. Les arrivants ont le temps de s'adapter à nos us et coutumes et la population les intègre sans difficultés. Dès que le nombre d'arrivants devient trop élevé, ces derniers deviennent très visibles et les autochtones ne "se sentent plus chez eux". C'est la cote d'alerte après quoi c'est le rejet et des problèmes sans fin.

 

Notre partenaire l'Union Européenne devrait comprendre cette situation. Nous avons conclu un contrat avec lui basé sur un maximum de 8500 nouveaux-venus par année. Nous en sommes à 100'000, plus de 10  x plus! Quel est ce partenaire qui refuse net toute discussion lorsque nous lui demandons de comprendre notre situation devenue intenable et trouver avec nous un aménagement? Est-ce un ami ou un ennemi? A voir sa réaction, on pourrait pencher pour la seconde hypothèse...  Citons la forte parole du général De Gaulle: "Les pays n'ont pas de sentiments, ils ont des intérêts".

 

Tout cela doit nous inciter à trouver une solution à l'accroissement bien trop rapide de notre population. Nos élus tergiversent et traînent les pieds? Nous n'avons alors d'autre choix que de s'en souvenir lors des prochaines élections, et ensuite de leur donner un signal clair et péremptoire: voter oui à l'initiative Ecopop! Et vous verrez ensuite que, par miracle, nos élus trouveront une solution en partenariat avec l'UE et que tout s'arrangera...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Crédibilité de l'Etat ]
Forfaits fiscaux: mauvais calcul

 

24 heures du 5 novembre 2014
Courrier des lecteurs, lettre de Xavier Koeb

 

COMMENTAIRE

 

Les opposants à l'initiative contre les forfaits fiscaux sortent la grosse artillerie et font feu de tout bois. Heureusement il y a quelques avis honnêtes et raisonnables dans nos journaux, mais il faut bien les chercher (voir ci-contre) tant le rouleau compresseur des lobbies monopolise les médias. Inonder les médias pour monopoliser l'attention et noyer les déclaration de son adversaire est une tactique bien connue, Noam Chomsky la décrit très bien.

 

J'y rajoute encore une couche:

 

Quelle est cette Justice qui fait payer les petits contribuables jusqu'au dernier centime et exempte d'impôts ceux qui pourraient pourtant s'en acquitter sans problème?

 

La stabilité d'un Etat est basée sur un juste équilibre entre ce que les pauvres font gagner aux riches et sur ce que les riches laissent aux pauvres pour les faire tenir tranquille. La Suisse a fait "tout juste" jusque là puisque l'esprit du travail bien fait et la paix sociale ont été ses vertus cardinales.

 

La Justice est garante de la paix sociale et ceux qui nous gouvernent feraient bien d'y réfléchir avant de la décrédibiliser à coup de privilèges.

 

C'est pourtant simple: il faut que l'impôt soit juste, appliqué uniformément à tous et payé là où l'argent est gagné. Un impôt juste est celui qui permet à chacun de participer au dépenses de l'Etat sans mettre en péril son train de vie. L'impôt devrait tout simplement être proportionnel aux revenus et pas exponentiel. De ce fait, chacun paierait le même pourcentage de ses revenus, qu'il soit riche ou pauvre.

 

Prenons l'exemple d'un taux unique de 15%.

Celui qui a peu de revenus, par exemple 20'000 Fr/an, devrait payer 15% de cette somme, soit 3000 Fr. Celui à bons revenus, disons 200'000 Fr/an, devrait payer  30'000 Fr. Celui qui a beaucoup de revenus, 2'000'000, Fr devrait payer 300'000 Fr d'impôt.

 

Il faudrait bien-entendu calculer ce taux unique de façon à ce que le nouveau système rapporte autant que l'ancien système exponentiel (plus on gagne et plus proportionnellement on paye). Dans l'hypothèse où on ne s'y retrouve pas, on pourrait alors re-introduire un système exponentiel mais raisonnablement plafonné.

 

Le gros avantage de ce principe, c'est que les gens fortunés ne partiraient plus à la recherche d'un endroit où payer moins d'impôt. Parce qu'il faut bien avouer que se faire ponctionner les 95% de ses revenus, comme en France par exemple, incite à "optimaliser".

 

En contrepartie, tout ce qui est obligatoire, assurances, émoluments, taxes, amendes et autres serait proportionnel aux revenus.

 

Par exemple, un automobiliste pauvre (20'000) reçoit un amende d'ordre de 40 Fr. Cela correspondant aux 1/500ème de son revenu annuel. Pour la même faute, l'automobiliste fortuné (2'000'000 Fr) paierait lui 4000 Fr. Dans les deux cas, l'effet sur son train de vie serait identique. La dissuasion serait réalisée puisque, proportionnellement à leurs revenus, ces deux contribuables auraient une sanction de même poids (le 1/500ème de leurs revenus).

 

Idem pour l'assurance maladie obligatoire.
Pour un bas revenu (20'000 Fr), 500 Fr/mois représente le 1/40ème de son revenu. Cela signifie qu'un très riche (2'000'000 Fr) paierait aussi le 1/40ème de ses revenus soit la somme de 50'000 Fr/mois. Dans les deux cas, leurs budgets seraient affectés dans la même proportion (1/40ème).

 

Et puis il faudrait supprimer ces impôts iniques qui font passer deux fois à la caisse et qui découragent ceux qui travaillent et ceux qui économisent: l'impôt sur la fortune, l'impôt sur la valeur locative et l'impôt sur les successions.

 

Donnons ce signal à nos autorités, éliminons les forfaits fiscaux, et donnons consigne à nos élus de revoir le système fiscal dans son entier! 

 

N'ayons pas peur de leur "grrrrande menace": même si la moitié des riches exemptés partaient voir ailleurs, ceux qui resteront combleront le déficit puisqu'ils paieront plus d'impôts!

 

Le pragamatisme financier (forfaits fiscaux) c'est peut-être bien pour les finances publiques (quoique) mais c'est amoral. Encore une fois l'impôt, pour être respecté par tous, doit être appliqué à tous sans exception. Sinon on crée des injustices et une société à deux vitesses: ceux qui paient leurs impôts tels que votés démocratiquement et ceux qui ne les paient pas ou pas totalement. En octroyant ce genre de privilège, l'Etat contrevient à ses propres règles qui veut que les citoyens soient égaux devant l'impôt, c'est tout-de-même un comble! Et c'est pour cela que le brave citoyen, bien gentil et bien patient et qui fait tout comme il faut, commence à se demander s'il n'est pas le dindon de la farce!...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Tours ]
Coop réclame 5 millions pour son terrain pollué
24 Heures du 6 novembre 2014
Article de Philippe Maspoli

 

COMMENTAIRE

 

Qui paye l'assainissement d'un terrain pollué?
Celui qui l'a pollué pardi!

 

Mais si celui qui l'a pollué n'existe plus?

Eh ben... c'est l'Etat qui va payer bien-sûr puisque personne d'autre ne peut le faire.

 

Bon d'accord, mais alors c'est la collectivité, c'est-à-dire chaque contribuable, qui passe à la caisse à la place de l'industriel qui s'est fait une fortune avec son activité tout en ne payant pas les dégâts qu'il a occasionné à la nature ?

 

En effet, c'est le contribuable qui est le dindon de la farce !

 

A noter que la problématique du promoteur qui s'évapore dans la nature sans supporter les conséquences de ses actes, par exemple en déposant son bilan sans terminer un énorme projet, une tour par exemple, avait été évoquée lors lors de la campagne contre le PPA industrie.

 

Dans la cas d'une commune comme Bussigny, si un promoteur véreux disparaît sans terminer son bâtiment, il ne restera plus que la collectivité pour financer son démantèlement afin de ne pas faire courir de risque à la population.

 

Là aussi, c'est le contribuable qui est le dindon de la farce !

 

Alors questions:

A Bussigny, on sait que le terrain du PPA Industrie est pollué.
Qui va payer pour l'assainir ?
 

Même question pour le PDL Cocagne. En son temps il y avait une décharge à cet endroit. Si c'est pollué ou si les promoteurs ont des problèmes de sous-sol instable, qui payera ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Crédibilité de l'Etat ]
La Paix sociale est en danger
Courrier des lecteurs du 25 octobre 2014
Lettre de Michel Vonlanthen

COMMENTAIRE

Soyons brefs: Je n'aurais pas mieux dit!...

 

Références:
Financement par les émoluments 2012

 


[ Taxe au sac ]
[ Déchets de jardin à la déchetterie ]
Carton rouge pour le tri des déchets verts à Nyon
Article dans 24 Heures du 23 octobre 2014
Article de Madeleine Schürch

COMMENTAIRES

Ah bon? Les citoyens ne trient plus leurs déchets comme préconisé par leurs municipalités? Mais pourquoi donc ?

C'est simple: parce que le contribuable réalise qu'il s'est fait flouer avec le tri des déchets !

 

Lorsqu'il s'est agit d'introduire le principe du pollueur- payeur en faisant passer le simple citoyen à la caisse (taxe fixe, prix des sacs, tri compliqué), ils tenaient un langage écologique qui semblait aller de soi puisque de toute façon la majorité des citoyens triaient déjà leurs déchets. Avec tout-de-même un bémol de taille: le pollueur-payeur est-il vraiment le citoyen? Si ce dernier avait le choix, serait-il assez stupide pour acheter sa nourriture en barquettes de plastic, ses équipements noyés dans du sagex et autres blisters en plastic épais et ses journaux emballés dans du plastic ?

 

En réalité, le citoyen commence le réaliser qu'il s'est fait "avoir". D'une part il voit sa charge fiscale augmenter à cause du financement de l'élimination des déchets qui n'est maintenant plus financé par l'impôt ordinaire mais par des taxes (il n'y a rien de plus socialement injuste qu'une taxe).

 

A Bussigny, avec le système de compensation décidé par ses élus, ce sont les "pauvres" qui passent à la caisse, les "riches", eux, voient leur charge fiscale diminuer. C'est assez honteux, d'autant plus que les élus qui ont voté cette mesure en sont sont conscients. Ils ont donc sciemment choisi de favoriser les riches au détriment des pauvres! Voir ici.

Mais ce n'est pas tout. La nouvelle manière de traiter les déchets et de la financer a été introduite dans la précipitation. Le concept n'a pas été pensé dans son ensemble et nombre de défauts sont apparus. Rien n'a été prévu pour retraiter les plastics, la principale cause de la pollution. Vous devez les mettre dans les sacs payants vous dit-on à la déchetterie. Sans compter le gymcana que constitue maintenant le tri à faire entre Pet, contenants en plastic, plastic d'emballage, cornets, objets en plastic, etc.

 

On aurait pu penser que nos exécutifs auraient eu à coeur de corriger les problèmes le plus rapidement possible afin de donner l'impression à ses administrés que leurs doléances étaient écoutées et que l'administration faisait tout son possible pour régler les problèmes. Et c'est tout le contraire qui se passe. Lorsqu'un citoyen suggère une amélioration soit on ne lui répond pas soit on "l'envoie sur les roses"!... Pour preuve mes interventions auprès des autorités en vue de faciliter la récolte des déchets de jardin (rendue physiquement très pénible à la déchetterie de Bussigny) et en vue de corriger l'injustice faite aux couches les plus défavorisées de la population avec l'introduction de la taxe "déchets" fixe. tout cela en pure perte bien-entendu!

Apparemment je ne suis pas le seul à partager l'analyse ci-dessus puisqu'on en arrive maintenant à "s'en foutre" du tri des déchets. "Puisqu'on m'impose un système injuste et pénalisant, pourquoi voulez-vous que je me donne de la peine?"  Le simple citoyen commence à se rendre compte qu'il est le dindon de la farce et puisqu'on lui fait payer cher ses sacs poubelles, il les bourre de tout et n'importe-quoi.

Et pourtant tout avait bien démarré, mais rien n'a suivi. Si les élus et les administrations avaient été à l'écoute des doléances de leurs administrés et fait des efforts pour corriger ce qui pouvait l'être, le système d'élimination des déchets  aurait pu fonctionner à satisfaction. Mais au lieu de se demander quelles étaient les causes de l'insatisfaction ambiante, nos élus et administrations, du haut de leur suffisance, ont préféré sévir et engager des enquêteurs pour fouiller les sacs à la recherche de tricheurs.

Les élus et administrations, à force d'autisme, ont réussi le tour de force de dégoûter leurs administrés de leur système d'élimination des déchets!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Tours ]
Les frondeurs de la densification urbaine s'organisent en réseau

24 Heures du 9 septembre 2014
Article de Cindy Mendocino

COMMENTAIRES

Leur site web c'est: http://www.calq.ch

 


[ Crédibilité de l'Etat ]
Les communes paient le prix fort de la démocratie

24 Heures du 15 août 2014
Article de Claude Bédat

 

COMMENTAIRES

 

Pourquoi les citoyens sont-ils quelquefois amenés à contrer leurs élus ?

 

Essentiellement parce que le jeu démocratique est faussé par les forces qui dirigent le pays par l'intermédiaire de nos élus. Ces forces sont celles de l'argent, de plus en plus toutes puissantes avec l'invention de la mondialisation qui rend les entreprises multinationales (et avec elles leurs actionnaires) de plus en plus riches et la classe moyenne de plus en plus pauvre.

 

L'argent peut tout acheter, y compris les votes de nos élus. Il n'y a qu'à voir la toute puissance des lobbies à notre Parlement fédéral. Ils notent (et donc financent) les parlementaires en fonction des votes de ces derniers sur les sujets qui concernent leurs affaires. Une loi qui serait défavorable aux entreprise de la pharma n'a, par exemple, aucune chance de passer puisque les parlementaires qui sont dévoués à ce pan là de notre économie sont majoritaires au Parlement...

 

A l'échelon communal, la lutte est moins serrée, les enjeux étant financièrement moindres. Il n'en reste pas moins que la pression des pouvoirs économiques est importante sur nos conseillers, notamment lors de leur élection. Un candidat qui n'aurait pas l'appui d'un parti a très peu de chances de se faire élire. C'est particulièrement visible pour les candidats à l'exécutif, qui sont "tolérés" à condition de ne pas briguer de dicastère réservés à ceux qui ont passé par tous les filtres des partis.

 

Au final, force est de constater que nos élus gouvernent de plus en plus en fonction de leurs intérêts, visibles et invisibles, et de moins en moins en fonction d'une éthique de dévouement à la collectivité.

 

A cet égard, l'exemple du plan de quartier de Pully est exemplaire puisque les élus voulaient imposer un plan en contradiction totale avec leur propre règlement qui veut qu'on ne puisse construire que des villas dans une zone villa. Il n'est donc pas étonnant que les habitants de cette zone se soient opposés à leurs élus.

 

Le même phénomène s'observe à plus haut niveau. Par exemple, comment justifier qu'un gouvernement, dont les membres ont juré de faire respecter la Loi, achète des CD pleins de renseignements volés dans nos banques ? En principe quelqu'un qui achète en toute connaissance de cause un objet volé est un criminel au regard de la loi non ?

 

En fin de compte, le phénomène d'augmentation des oppositions aux décisions des élus est tout simplement la conséquence de la perte de crédibilité de ceux-ci, basée sur leurs décisions partisanes. Les citoyens ne demanderaient pas mieux que de croire leurs élus sur paroles et d'accepteur toutes leurs décisions, mais à condition qu'ils soient persuadés que ces décisions sont fondées sur l'intérêt général et pas sur des intérêts particuliers dont les élus se font porteurs.

 

Si la Suisse veut conserver son système politique unique au monde et, ne craignant pas de le dire, le meilleur du monde, elle doit à tous prix éviter qu'il soit discrédité. Et pour cela la recette est simple: il faut légiférer pour empêcher la corruption "douce" et supprimer les entraves à la transparence des institution et du système politique dans son entier.

 

Ce n'est pas la voie suivie, hélas, puisque la parade des puissants n'est pas de réformer leurs agissements mais de limiter les droits des citoyens. Et pour cela augmenter le nombre de signatures des initiatives et invalider d'office celles qui ne respecteraient pas des intérêts "supérieurs"...

 

C'est ce qui s'appelle se couper la branche sur laquelle on est assis ! C'est le comble du mépris des électeurs, c'est tout simplement de l'imbécilité. Les puissants n'apprendront-ils jamais rien de l'histoire?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La sécurité routière occupe trop la police

24 Heures du 9 août 2014

Article de Lucie Monnat

 

COMMENTAIRES

La sécurité routière a beau jeu, en réalité c'est énorme une pompe à fric, rien de plus !

 

C'est inévitable qu'il y ait des accidents routiers, toute activité humaine provoque sa part d'accidents. On est tous d'accord qu'il faut les minimiser mais il faut tout de même garder une égalité de traitement entre les nuisances. Pourquoi traiter l'automobiliste fautif comme un criminel alors que les vrais criminels, eux, peuvent sévir en toute impunité.

 

N'est-il pas plus important pour la société de mettre hors d'état de nuire les trafiquants de drogue qui vendent leur poison à nos jeunes, ce qui les force à devenir des criminels à leur tour afin de pouvoir se procurer de la drogue et qui finit soit par les tuer soit par les mettre à l'aide sociale?

 

N'est-il pas plus important pour la société de mettre hors d'état de nuire ces cohortes de cambrioleurs qui sévissent jour après jour dans nos quartiers?

 

N'est-il pas plus important de mettre du personnel supplémentaire au contrôle des feuilles d'impôt des tricheurs qui ne paient pas leur dû à la collectivité? Eux aussi sont des criminels non ?

 

Pendant ce temps, la Police de l'Ouest colle des honnêtes citoyens pour un oui ou pour un non. Vous savez, la fameuse PolOuest dont on ne connaît plus les policiers puisqu'ils viennent d'autres communes, et qu'ont ne voit jamais à pieds dans nos rues.

 

J'habite un chemin qui devient impraticable lorsqu'il neige. J'ai pris 40 Fr parce que j'avais parqué ma voiture sur la rue dans un endroit non prévu (mais sans aucun danger ou entrave pour quiconque) une nuit de neige. En théorie je n'aurais même pas pu voir les lignes blanches sur la route puisqu'elles étaient recouvertes de  neige. Et en plus l'agent verbalisateur s'est trompé d'adresse sur la contrebûche. Eh bien mon amende d'ordre a passé de 40.- à 80 Fr parce que j'ai simplement voulu expliquer à la police pourquoi je m'étais mis là (ça fait 50 ans que j'habite ici et que je fais de même lors de chaque chute de neige importante).

 

Refus ferme au téléphone, je devais faire opposition à l'amende et aller devant le juge, ce que j'ai été contraint de faire. J'ai bien pu expliquer mon cas, le juge était compréhensif, mais il m'a tout de même doublé mon amende !...

 

Au final, j'ai perdu 3 heures à tenter de me justifier (j'avais tout expliqué par lettre au préalable) et le juge et sa greffière ont perdu 1 heure de leur temps de travail. Et on nous dit à tous propos que la police est débordée et que la justice est débordée. A ce tarif-là ce n'est pas étonnant que la police et la justice soient débordées!

 

Mais il faut qu'ils arrêtent de perdre leur temps avec des peccadilles et s'occupent des vrais délinquants!

 

Avant PolOuest, il me suffisait d'aller au poste pour expliquer pourquoi je m'étais mis à cet endroit ce soir là, c'était suffisant. D'ailleurs, les policiers bussignolais n'auraient même pas eu l'idée de me coller à cet endroit-là ce soir-là. Eux savaient que j'étais contraint par les intempéries et que c'était la seule façon pour moi de pouvoir partir au travail le lendemain. Eux ils connaissaient leur commune et leurs concitoyens.

 

Alors franchement, elle sert à quoi la Police?

A bêtement coller les honnêtes gens ou à coffrer les délinquants ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Une deuxième vague de fusions arrive à maturité

24 Heures du 15 juillet 2014

Article de Sylvain Muller

 

COMMENTAIRES

 

On peut se poser la question "Quelle est l'intention cachée derrières les fusions  de communes?" qui sont toujours proposées par des politiciens mais jamais par des citoyens. Et par des élus qui se situent en général du côté des ultra-libéralistes.

 

 

 

 


[ Redevance TV ]
Nouvelle attaque frontale portée contre Billag
24 Heures du 12 juin 2014
Article de Philippe Nantermod

COMMENTAIRES:



 

[ Crédibilité de l'Etat ]
La Suisse vaut mieux que son grand voisin

24 Heures du 23 mai 2014

Lettre de Bernard Jaquier, Pully

 

COMMENTAIRES

 


[ Taxe au sac ]
Vague de recours contre un pan de la taxe au sac
24 Heures du 14 mai 2014
Article de Alain Détraz

COMMENTAIRES:

On dirait que les citoyens commencent à sortir de leur léthargie! Du moins à Pully et à Lausanne car à Bussigny c'est le grand sommeil...

[ Taxe au sac ]
Taxe déchets: un casse-tête!
24 Heures du 8 mai 2014
Lettre de Rémy Addor, Pully

COMMENTAIRES:

D'accord à 100% !

[ Taxe au sac ]
Toutes les combines pour alléger le poids de la taxe

24 Heures du 3 mai 2014
Article de Yves Merz/Karim Di Matteo

 

COMMENTAIRES:

Dommage du choix du titre de l'article qui laisse penser que les communes citées cherchent des "combines" pour échapper à la Loi alors que c'est exactement le contraire !

 

La Loi a introduit la taxe au sac afin d'inciter au tri des déchets, en imposant une taxe sur l'élimination des déchets qui soit inversement proportionnelle à la quantité de déchets triés. Plus on trie et moins on devrait payer de taxe.

Mais alors me direz-vous, à quoi sert une taxe fixe identique pour tous ? (sauf à Bussigny où elle est plus lourde pour les pauvres que pour les riches !)  De quelle façon va-t-elle inciter les citoyens à trier ? Et bien c'est évident, elle ne sert à rien si ce n'est de remplir les caisses communales. Si on veut taxer plus fort les négligents, il faut que la taxe soit en relation avec la quantité de déchets.

Un fois passée la frénésie qui a prévalu lors de l'introduction de la dite taxe, certains élus et citoyens un peu moins moutons que les autres se sont aperçu de l'erreur et tentent maintenant de la corriger. Bravo à eux, il faut plus de courage pour reconnaître une erreur et la corriger que pour faire semblant de l'ignorer.

Bravo et respect aux élus de Gland, Sainte-Croix, Savigny, Ecublens, Renens, vevey, Montreux, Yverdon et Yvonand qui tentent de respecter ce qui avait été convenu avant la votation sur ce sujet: Que la taxe soit proportionnelle aux déchets non-triés et que son introduction soit fiscalement neutre.

 

Cela signifie faire payer les sacs à ordure plus chers, c'est incitatif, mais supprimer les taxes fixes qui sont contraires à l'esprit de la Loi que nous avons votée.


[ Déchets de jardin à la déchetterie ]
Un peu de respect SVP !
Journal de Morges du 2 mai 2014
Lettre de Michel Vonlanthen, Bussigny

 


[ Tours ]
Radio, l'invité du journal: la densification
RTS La Première le 23 avril 2014
Daniel Rosselat, syndic de Nyon

 

COMMENTAIRES:

 

Il a tout juste Daniel Rosselat:

  • Densification des villes: oui mais si on posait la question aux habitants, à coup sûr ils ne seraient pas d'accord de se serrer pour faire de la place à de nouveaux-venus.
     

  • Densifier coûte très cher car il ne faut pas seulement construire des logements, mais aussi des écoles, des hôpitaux, de la sécurité, des routes, des magasins, etc.
     

  • La densification doit être pensée globalement car la première chose à faire est de prévoir les voies de circulation et la mobilité.


Enregistrement de l'émission (MP3)

[ Crédibilité de l'Etat ]
Bussigny pourrait s'unir à Villars-Sainte-Croix en 2017

24 Heures du 16 avril 2014

Article de Cindy Mendicino

 

COMMENTAIRES:

 

On peut se poser la question "Quelle est l'intention cachée derrières les fusions  de communes?" qui sont toujours proposées par des politiciens mais jamais par des citoyens. Et par des élus qui se situent en général du côté des ultra-libéralistes.

 

Comme arguments, ils avancent la plupart du temps les "économies d'échelle" et "la difficulté à trouver des Municipaux compétents et disponibles". Tout ceci est plausible mais n'est pas réservé qu'aux petites communes. Cela pourrait aussi s'appliquer à  l'entier de notre système politique fédéraliste. L'ultra libéralisme exige à grands cris des économies et des fusions, pourquoi? Venant de ce bord politique-là, il est certain que ce n'est pas pour augmenter le bien-être de la majorité de la population!...

 

Regardons les conséquences de la fameuse phrase "moins d'état" que d'aucuns traduisent par "élimination des chicanes administratives"! Cette phrase se traduit concrètement par des coupes claires dans les budgets de fonctionnement des services fédéraux, ce qui contraint ces derniers à travailler à "petite vitesse" faute de crédits. Et le résultat ne se fait pas attendre: imaginez les millions que la collectivité pourrait récupérer si l'Etat pouvait se payer plus d'experts fiscaux pour le contrôle des comptabilités des entreprises multinationales (dont 267 sont exemptées d'impôt dans le canton)! Imaginez le nombre d'entreprises que l'Etat pourrait amender s'il avait assez de monde pour contrôler la légalité de leurs employés et de leurs salaires (dumping)! Imaginez les fraudes que l'Etat pourrait découvrir si ses inspecteurs des douanes, des denrées alimentaires et des produits pharmaceutiques étaient plus nombreux! etc. etc.

 

Vous l'avez compris, par le biais des budgets et facilité par le "moins d'Etat" que chacun comprend à sa façon, l'ultra libéralisme détruit petit à petit l'organisation de notre société qui s'est construite sagement au fil du temps. Et au bénéfice de qui? C'est évident, au bénéfice des plus riches, de ceux qui ont le pouvoir, deux ceux qui ont l'argent qui peut tout acheter. Ce n'est pas pour rien que le développement de la mondialisation coïncide avec l'appauvrissement des pauvres et de l'enrichissement scandaleux des plus riches.

 

Dans le monde, il y a 67 personnes qui possèdent à elles seules l'équivalent du tiers de la fortune mondiale !

 

Alors OK, fusion de communes = ultra-libéralisme, mais pourquoi?

 

En y regardant de près, la principale motivation est de donner plus de pouvoir à ceux qui l'ont déjà. Imaginez un grand projet de construction réparti sur plusieurs communes. Les promoteurs doivent convaincre les élus et répondre aux oppositions de toutes les communes concernées, ce qui leur fait perdre du temps. Alors que si l'ensemble de ces communes n'en faisait qu'une, il n'y aurait qu'une seule Municipalité, qu'un seul Conseil communal et qu'un seul groupe de citoyens à convaincre. Vues par les mondialistes, les affaire seraient tellement plus simples à faire!...

 

Alors bien-sûr, ce qui convient à une commune ne convient pas forcément aux autres ce qui implique que la centralisation provoque des "effets collatéraux" désagréables. Mais en se gargarisant de termes du style "équité", "égalité de chances", "non-discrimination" qui tous tendent à imposer ce qu'elle ne veut pas à une minorité au nom de la soi-disant volonté d'une majorité, on arrive à culpabiliser ceux qui sont localement lésés et qui sont censés se sacrifier pour la majorité.

 

Alors que si chaque commune, quelle que soit sa taille, conserve son autonomie communale, chaque citoyen conservera une petite parcelle de pouvoir, celui d'élir ses autorités et celui de faire des pétitions en cas de désaccord. C'est grâce à l'autonomie communale et à la force de sa démocratie directe que la tour du projet "PPA Industrie" à été refusée.

 

Notre système politique n'est pas parfait, aucun ne l'est, mais c'est le meilleur au monde. Chaque couche politique a une parcelle du pouvoir, fédéral, cantonal, communal, citoyen,  ce qui dilue le pouvoir et empêche que les puissants ne soient trop puissants. Et si on regarde l'Histoire, toutes les grandes catastrophes sont venues de la toute-puissance de quelques tyrans tels que les rois (lisez la biographie de Louis XIV, vous serez édifié), Hitler, Napoléon, Mussolini, Staline, Bokassa, Mobutu, Ceaucescu, Pol Pot, etc. etc. L'Histoire n'est qu'une suite de prises de pouvoir total pour le plus grand malheur des populations. Et pour avoir le pouvoir total, il faut qu'il soit centralisé, c'en est la condition sine qua non. Voilà à quoi les fusions de communes tendent aujourd'hui. C.Q.F.D.

 

La mondialisation et l'Union européenne sont de la même veine. Sous prétexte d'éviter les guerres (ce qui n'est pas tout faux), on concentre en réalité tout le pouvoir en quelques mains. C'est la définition de la centralisation et c'est ce qui fait que, en fin de compte, le citoyen n'a plus rien à dire et plus aucune influence sur son environnement. En foi de quoi devrait-on accepter que les technocrates de l'UE interdisent la consommation du Camembert à tout un continent, le fromage qui pue comme disent les Anglais, alors que beaucoup de gens l'apprécient? Grâce à une centralisation outrancière qui leur donne un pouvoir outrancier, les lobbies (ceux qui ont l'argent et donc, en fin de compte, le pouvoir), réussissent à imposer des règles à 380 millions de citoyens par l'intermédiaire de quelques politiciens à convaincre. A leur profit bien-entendu, cherchez "à qui profite le crime"!...

 

Par contre, il serait beaucoup plus difficile d'agir de même en Suisse puisque notre système politique fédéraliste divise le pouvoir. Il ne le divise pas par plaisir de le faire mais parce nos ancêtres étaient conscients qu'il faut à tous prix parcelliser le pouvoir afin d'éviter que ceux qui en auraient trop en abusent. Ce qu'ont fait tous les tyrans tels que Louis XIV et XV, Hitler, Napoléon, Mussolini, Staline, Bokassa, Mobutu, Ceaucescu, Pol Pot, etc. etc. En Suisse, c'est la base de la méfiance séculaire des campagnes vis-à-vis des grandes villes. Et l'Histoire nous donne raison puisque notre pays a connu une série ininterrompue de paix alors que le monde entier était à feu et à sang.

 

En fin de compte, la seule lutte qui vaille des sacrifices en ce bas monde, c'est de diviser le pouvoir autant que possible afin qu'il n'atteigne jamais la taille critique qui le mène ensuite automatiquement au pouvoir total, donc à la tyrannie !

 

 

Conservons l'autonomie de nos communes afin que le pouvoir soit aux mains de ceux qui les habitent !

 

Et si l'Homme devenait conséquent et ne répétait plus inlassablement et génération après génération les mêmes erreurs que par le passé ? A l'échelon local, on devrait pouvoir y arriver. En tous les cas on peut en rêver...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Tours ]
Enfin le rapport !
24 heures  du 7 avril 2014, courrier des lecteurs

Lettre de Michel Vonlanthen, Bussigny

 

COMMENTAIRES:

 

Bravo, je n'aurais pas mieux dit moi-même.

 


[ Tours ]
Taoua, une mauvaise affaire pour Lausanne

Lausanne-Cité 2 avril 2014


[ Tours ]
Stratégie pour l'implantation des tours dans l'agglomération Lausanne-Morges
Rapport édité par le PALM


Le document PALM attendu depuis plus de 2 ans est maintenant accessible: "Stratégie pour l'implantation des tours dans l'agglomération Lausanne-Morges". On y trouve noir sur blanc la confirmation des arguments des opposants:

"Un quartier de tours n’est pas plus dense qu’un tissu urbain homogène, fait d’îlots de bâtiments d'habitations R + 7 étages".

"La tour rend plus difficile le respect des principes de construction durable".

"Le coût énergétique… argument défavorable majeur, et ce à tous les stades de la production et de l’exploitation de la tour: coût de production, emploi obligatoire de matériaux spéciaux fort consommateurs d’énergie grise, nécessité d’infrastructures particulières (climatisation, ascenseurs spéciaux, etc.) coûts d’entretien, et rapidité de dégradation".

"Mixer les programmes (commerce, logements, équipements, bureaux) ajoute encore une difficulté supplémentaire au travail: la mixité verticale n’est donc pas facile à réaliser contrairement à l’horizontale.

"La question du micro climat au pied des tours est un sujet important, et souvent sous-estimé".

"Une tour n’est pas forcément plus rentable qu’une autre opération pour son promoteur: elle coûte plus cher en raison des technologies spécifiques à utiliser et nécessite d’être rénovée plus rapidement qu’un immeuble de hauteur "normale" ".

On peut donc admettre, à la lecture des arguments des experts qui ont réalisé cette brillante étude, qu'une tour a vraiment beaucoup d'inconvénients. Alors questions:

  • Cela vaut-il la peine d'hypothéquer tout un projet de construction en voulant à tous prix ériger une tour? Ne s'agit-il pas, en fin de compte, que d'une question d'ego?
     

  • Vaut-il la peine que la collectivité subventionne des appartements chers en vue d'en abaisser les loyers alors qu'elle pourrait en subventionner le double dans un bâtiment traditionnel pour le même prix ?


Stratégie pour l'implantation des tours dans l'agglomération Lausanne-Morges
Téléchargement

[ Démographie ]
Un profond malaise suisse face à la course effrénée du monde
Le Temps du 13 mars 2014
Opinion de Yves Sandoz

COMMENTAIRES

Absolument d'accord avec l'auteur de ces lignes. Je serai néanmoins encore plus précis:

La votation du 9 février sur l'immigration de masse n'avait pas pour base une quelconque xénophobie car ce n'était pas l'immigration qui était rejetée mais la surpopulation, responsable d'une grande partie des maux qui nous accablent de plus en plus en Suisse. Alors bien-sûr, la surpopulation augmente parce que l'immigration augmente et pas la natalité en notre pays. Mais il ne faut pas se tromper de cible: la majorité des citoyens de la Suisse déplorent des conditions de vie qui se dégradent rapidement à cause de l'incapacité des politiciens à prendre en compte le bien-être des habitants. Lors de la campagne avant votation, les adversaire de l'initiative n'avaient qu'un mot à la bouche "croissance", mais jamais le mot "bien-être". Or c'est cela la cause du malaise des habitants de ce pays.

Et le malaise est encore plus profond que cela. Notre pays est attaqué de toute part et très violemment par les USA et par nos partenaires de toujours, la France, l'Allemagne et l'Italie en tête. Et face à cela, nous avons l'impression que nos politiciens ne nous défendent plus mais sont complices. Regardez l'après 9 février! Alors que l'initiative acceptée a 3 ans pour être mise en vigueur, le lendemain de la votation, l'Union Européenne éjectait nos étudiants et nos chercheurs des programmes européens. Elle aurait pu tout de même attendre que l'initiative entre en vigueur et que le Conseil fédéral lui en donne les détails de son application il me semble!...

Quant-à notre cadre de vie, il est incontestable qu'il se dégrade à la vitesse grand V.

La circulation
devient démentielle aux heures de pointe sur et aux abords des autoroutes. Il devient de plus en plus difficile de trouver à se parquer dans les villes. Les limites légales de la pollution de l'air sont de plus en plus souvent dépassées et provoquent asthme et allergies. La pollution sonore suit la même progression et rien n'est fait pour la diminuer.

Actuellement il est presque impossible de trouver un logement à louer ou à acheter à un prix décent. Le marché immobilier est asséché malgré le fait que la construction flambe: on voit des grues partout. Il est évident que la cadence de construction de logements n'arrive pas à suivre la cadence d'arrivée de nouveaux habitants. L'Etat tente d'imposer une densification des habitats qui péjore encore plus notre cadre de vie. Alleobns-nous en revenir aux années d'après-guerre où on construisait n'importe-quoi pour loger la population?

Il y a trop de monde partout. Il faut attendre aux feux rouges, faire la queue aux caisses des magasins, la queue pour s'acheter des billets de spectacle, la queue pour prendre le bus, train ou l'avion, la queue pour prendre de l'argent dans les  bancomats, pour porter ses déchets à la déchetterie. Partout il faut attendre. A Lausanne, au CHUV, il faut plusieurs heures pour se faire prendre en charge aux urgence médicales.

La délinquance et les incivilités dépassent tout ce qu'on a connu jusqu'ici. Pour ma part j'ai déjà été cambriolé à 4 reprises, dont la dernière fois en décembre 2013. En ville, les rues sont de plus en plus sales et les murs couverts de graffitis. La Police ne se déplace même plus lorsqu'on l'appelle. On se demande d'ailleurs ce qu'elle fait car on ne la voit pratiquement plus patrouiller à pieds et plus jamais à faire la circulation. Par contre, on a des traces de son passage sur son pare-brise si on est mal parqué (je me suis même pris 40 Fr parce que j'étais stationné sur une route enneigée dont on ne voyait pas les places de parcs!), ou dans son courrier si on s'est fait flashé par les "pompes-à-fric" placées non pas là où il pourrait y avoir des accidents mais là où on est sûr de coincer un maximum d'automobilistes.

Nos infrastructures sont à la peine et n'arrivent plus à suffire à la demande. Les camions 40 tonnes ont ruiné nos ponts et autoroutes, qu'il faut maintenant retaper à coups de millions, les routes et transports publics ne suffisent plus à la demande et il faudrait dépenser des milliards pour tenter de les améliorer. Et déjà savoir où les trouver ces milliards... Pour fluidifier le trafic autoroutier (110'000 véhic/jour à Bussigny) l'Etat envisage de construire une nouvelle voie autoroutière autour de Bussigny, qui serait alors entièrement ceinturé par les autoroutes et par la Venoge.

Les impôts augmentent et des taxes de toutes sortes voient le jour pour combler les déficits de l'Etat. Les taxes sont par nature asociales puisqu'elle chargent en proportion beaucoup plus les pauvres que les riches. Les pauvres sont à la charge de la collectivité, notre système social est bien fait. Mais c'est la classe moyenne qui subit de plein front les augmentations et qui s'appauvrit. L'ouverture des frontières avec l'Europe a pour résultat que les entreprises engagent des Européens qui travaillent à moindre frais (dumping salarial), et dont les jeunes n'ont pas à s'absenter pour des cours de répétition. Ce n'est pas pour rien qu'il y a plus de 350'000 frontaliers qui pendulent chaque jour à nos frontières. Pour eux c'est tout bénéfice: ils vivent là où la vie est moins chère et travaillent là où on les paie le plus! Et l'Etat continue imperturbablement à attirer des entreprises étrangères à coup d'exemptions fiscales (Promotion économique). Ces entreprises, qui souvent gagnent des milliards chaque année, ne paient presque pas d'impôts. Les grands banques ne paient plus d'impôts depuis 5 ans mais font des milliards de bénéfice chaque année et versent à nouveau des bonus indécents à leurs dirigeants. Voir l'exemple de la plus grand entreprise sise à Zug, qui a fait 8 milliards de bénéfice en 2012 et qui n'a payé que 200'000 Fr d'impôts en tout et pour tout! Ces entreprises exemptées d'impôts ne paient même pas la TVA! Où est la logique dans tout cela alors que l'Etat en est réduit à racler ses fonds de tiroirs et à inventer de nouvelles taxes (vignette ou taxe au sac par exemple) pour s'en sortir?

Alors on le voit bien, ce que le peuple a rejeté ce 9 février c'est la croissance démesurée et incontrôlée que ses élus n'arrivent plus à contrôler. Il n'y a nulle xénophobie là-dedans malgré ce que voudraient faire croire les ultralibéraux. Le Peuple se rend bien compte que le futur du pays sera agréable ou catastrophique en fonction des décisions prises aujourd'hui. Et ce 9 février, il vient juste de dire à ses élus que l'argent c'est bien joli, mais à quoi sert cette croissance si le pays est ruiné par la surpopulation ? Ou, pour être plus précis, si  la classe moyenne est ruinée par la surpopulation?

[ Démographie ]
Les étrangers créent plus d'un tiers de nos entreprises
Le Temps du 29 janvier 2014
Article de Dejan Nikolic

COMMENTAIRES

"Les immigrés ont créé 30'000 emplois en 2013"
Oui mais ces entreprises soit viennent de l'étranger avec leurs employés, soit n'engagent que des personnes de leur entourage. En fin de compte, à quoi cela nous sert-il que des entreprises étrangères se créent sur notre sol ?


[ Démographie ]
Pourquoi et comment la Suisse a sous-estimé la vague migratoire

Le Temps du 27 janvier 2014

Article de Sylvain Besson

COMMENTAIRES

"Durant dix ans, Berne a sous-estimé de façon systématique la croissance de la population suisse"

"A la base de ce calcul: un biais politique conduisant à minimiser l’immigration"

"En 2060, la Suisse comptera au moins 2 millions d’habitants de plus que prévu en l’an 2000. Avec quelles conséquences?"

Suite page 3


[ Autoroute ]
Traversée autoroutière de Morges
Courrier des lecteurs du Journal de Morges du 24 janvier 2014

COMMENTAIRES

Les opposants au déplacement de l'autoroute qui traverse Morges sortent leurs arguments. Et pendant ce temps les initiants de ce projet continuent imperturbablement d'appeler à l'unité en répétant inlassablement la même profession de foi. Et il ne s'agit même pas d'arguments. Ils devraient pourtant écouter ceux des opposants, qui sont raisonnables et mesurés. Mais ma parole, ils sont  autistes ces élus! Ouh ouh, quelqu'un vous parle!

[ Autoroute ]
Enterrons l'autoroute !
Courrier des lecteurs du Journal de Morges du 17 janvier 2014
Lettre de Michel Vonlanthen

COMMENTAIRES

Singulière coïncidence ce vendredi 17 janvier, un article et deux lettres de lecteurs sur le même sujet:


1) Il est génial ce type. C'est bien simple: je n'aurais rien écrit d'autre si c'était moi qui l'avais fait. Je pense que vous devriez vous cotiser pour lui faire un cadeau en guise de remerciement pour ses efforts de clarté, je ne sais pas moi, par exemple, une semaine de vacances pour deux à St Bart.

2) Un autre type génial c'est ce Paul Friderici qui a mis son opinion sur le sujet dans le même courrier des lecteurs. Je souscris à 100% à ce qu'il dit.

3) Par contre, je trouve ceux de l'article "Le contournement les réunit" un peu has-been, et pour tout dire assez autistes. Ce n'est pas avec la méthode Couet qu'ils arriveront à réparer "la dramatique erreur de 1964". C'est d'ailleurs intéressant de lire ce qu'écrit Paul Friderici à ce sujet...

J'en profite pour libérer une pensée qui m'interpelle depuis quelques lectures:
"... On sait que l'OFROU a écarté la possibilité d'enterrer la piqüre..."
 

Je me demande qui gouverne dans ce pays: les technocrates de l'Office Fédéral des ROutes ou les politiciens que nous avons élus pour défendre nos intérêts! On dirait que ces derniers ont peur de ces employés fédéraux. Mais qui gouverne dans ce pays? Il serait temps de remettre l'église au milieu du village car on trouve  la même problématique avec nos technocrates cantonaux. Voir la réaction de notre Grand conseil au sujet de la LAT...

Amis politiciens, il est temps de reprendre ces choses-là en mains !
Ou bien alors, mais je n'ose l'imaginer, est-ce que vous vous cachez derrière les avis de l'OFROU de peur de vous mouiller ?

 

 

 

 

 

 


[ Taxe au sac ]
La taxe au sac, un impôt de plus?
Courrier de 24 Heures du 10 janvier 2014
Lettre de Michel Vonlanthen

COMMENTAIRES

Bravo! C'est bien simple: si j'avais écrit cette lettre moi-même, je n'aurais pas fait mieux !

[ Taxe au sac ]
Préparée à la taxe au sac, la population joue le jeu
24 heures du 7 janvier 2014
Article de Flavienne Wahli di Matteo

COMMENTAIRES

Nos politiciens devraient le savoir: une opération bien planifiée, bien présentée, et surtout bien acceptée par la population, se passe toujours sans anicroches. Mais la taxe au sac a été le plus souvent introduite dans la précipitation.

La surtaxe des sacs est logique car elle incite les usagers à utiliser le moins possible de sacs, donc à trier leurs déchets en économisant ainsi de l'argent. Elle est en général bien acceptée par la population car tout el monde en comprend l'utilité.

Par contre, la taxe fixe d'élimination des déchets (85 Fr/hab à Bussigny) ne l'est pas car elle est illogique. Une taxe fixe n'incite pas au tri des déchets puisqu'elle est identique pour tous, qu'on trie ses déchets ou pas. En cela elle ne respecte  pas la Loi qui la sous-tend.

De même, la compensation de l'introduction de la taxe au sac, qui devrait être fiscalement neutre, est une perversion, en tous cas à Bussigny, puisqu'elle est compensée par une baisse d'impôt, ce qui favorise les gros contribuables, qui font un bénéfice, au détriment des petits, qui voient leur charge fiscale augmenter de plus de 10%.
 
Sans compter qu'en plus, il faut maintenant payer 40 Fr par m3 de déchets de jardin apportés en vrac à la déchetterie !

Alors finalement la taxe au sac c'est quoi ? Un encouragement au tri des déchets ou une augmentation d'impôts qui ne dit pas son nom ?


[ Déchets de jardin à la déchetterie ]
Renens: On double le ramassage en été
24 heures du 3 janvier 2014
Article de CI.M.

COMMENTAIRES:

Alors qu'à Bussigny on fait tout pour mettre les bâtons dans les roues aux citoyens qui doivent porter leurs déchets de jardin à la déchetterie, Renens double la cadence de sa collecte. Exemplaire cette ville !

D'autant plus que Renens n'a pas imposé de taxe fixe d'élimination des déchets à sa population, contrairement à Bussigny.

A quoi nous servent des Municipaux qui ont des responsabilités régionales et cantonales ? A nous pénaliser parce qu'ils veulent montrer l'exemple ?

[ Taxe au sac ]
Recours contre la taxe sur les déchets à Pully
24 Heures du 27 décembre 2013
Article de Alain Détraz

COMMENTAIRES:

Les recourants de Pully ont absolument raison: la taxe au sac fixe n'incite absolument pas à trier les déchets car qu'on trie bien ou pas du tout, la taxe est la même. Et ce serait même pire: quelqu'un qui paye une telle taxe et qui la trouve élevée pourrait très bien se dire "allez vous faire fiche avec votre tri, la taxe que vous m'imposez injustement le paye largement !"...

Pour que l'esprit de la Loi soit respecté, il faut que plus on trie, moins on paie de taxe. Là ce serait incitatif et c'est à cela qu'a pensé le législateur lorsqu'il a imposé le financement de l'élimination des déchets par une taxe. Une taxe d'accord, mais alors inversement proportionnelle au volume des déchets triés.

La surtaxe des sacs à 2 Fr remplit parfaitement ce but puisque plus on trie, moins on a besoin d'utiliser de sacs, et donc de les payer. Le but de la Loi, inciter à trier ses déchets, est parfaitement réalisé rien qu'avec cette taxe-là. Mais s'il-vous-plaît, n'y rajoutons pas de taxe fixe (85 Fr/habitant à Bussigny), qui n'a rien à voir avec le but de la Loi.

Ou alors disons clairement que le but de cette taxe est d'introduire un nouvel impôt.

En plus, à Bussigny, un contribuable modeste paie proportionnellement plus qu'un contribuable aisé puisque la compensation de l'introduction de la taxe au sac (fixe) a été compensée par une diminution du taux d'impôt, donc proportionnelle au montant des impôts (Voir quelques exemples de calcul ici).

C'est la raison pour laquelle j'ai écrit au Conseil communal pour lui demander de supprimer la taxe fixe afin de corriger cette injustice faite à la classe la plus défavorisée de notre population.

[ Autoroute ]
Contournement autoroutier
Journal de Morges du 27 décembre 2013
Courrier du lecteur Louis Burdet

COMMENTAIRES:

Rien de plus simple en effet: recourvrir l'autoroute actuelle !
C'est bien ce que je propose. Voir ici

[ Taxe au sac ]
Fronde contre le second volet de la taxe poubelle
24 Heures du 13 décembre 2013
Article de Alain Détraz

COMMENTAIRES:

C'est tout-à-fait juste: cette taxe est fixe et ne dépend pas du volume des déchets triés. En cela elle ne respecte pas le but de la Loi qui est d'inciter au tri des déchets en faisant payer plus ceux qui ne le font pas. 

[ Taxe au sac ]
Le sac taxé se généralise sans faire l'unanimité
24 Heures du 18 novembre 2013
Article de Melissa Rappazzo


COMMENTAIRES:

C'est le moment que la population, et quelques élus clairvoyants, se rendent compte que la taxe au sac, telle qu'elle est appliquée par la plupart des communes, n'est rien d'autre qu'un impôt supplémentaire puisqu'auparavant l'élimination des déchets était financée par l'impôt ordinaire.

A partir du moment où il faut payer une taxe fixe en plus des impôts sans que celle-ci soit intégralement déduite de l'impôt communal précédemment payé, c'est un nouvel impôt qui ne dit pas son nom.

A Bussigny-près-Lausanne, les élus ont fait encore plus fort: ils ont compensé la taxe fixe de 85.-/personne par une déduction d'impôt ce qui fait que les petits contribuables paient plus qu'avant et les gros moins ! Financer l'élimination des déchets par les pauvres, comme injustice on ne fait pas mieux !...

[ Démographie ]
Notre densification doit porter sur la qualité
24 heures du 15 novembre 2013
Article de Emmanuel Borloz

COMMENTAIRES:

C'est bien ce qu'on dit: la "qualité", pas la "quantité" !


 

[ Autoroute ]
La vignette divise la région morgienne
24 Heures du 13 novembre 2013
Article de E.Bz


COMMENTAIRES:

 

Ca fait longtemps qu'on vous le dit: cette vignette n'est qu'un impôt déguisé qu'on veut nous imposer grâce à un chantage à l'autoroute !


[ Démographie ]
Départ de Yahoo! A qui profite vraiment cette politique?
24 Heures du 13 novembre 2013
Lettre de lecteur de Laurent Théodore

COMMENTAIRES:

 

Ca fait longtemps qu'on vous le dit: Il faut stopper cette stupide promotion économique qui ne sert que les intérêts des affairistes et dessert l'ensemble de la population lémanique!


[ Démographie ]
Les Vaudois peinent à faire front face à Shire
24 Heures du 11 novembre 2013
Article de Daniel Audétat

 

COMMENTAIRES:

Quand on vous dit qu'il est finalement contre-productif d'attirer des entreprises étrangères en Suisse en leur faisant des pont d'or fiscaux !

20% des emplois de Shire sont occupés par des expatriés (donc amenés en Suisse par Shire), 20% des employés vivent en France et ailleurs (pendulaires), 60% habitent en Suisse mais ailleurs que dans le district de Nyon (pendulaires) !


En fin de compte, la sacro sainte promotion économique est responsable du déficit chronique de nos caisses sociales (les employés licenciés restent en Suisse tant qu'ils touchent leurs allocations chômages) et de l'encombrement de nos routes et autoroutes (pendulaires). Où est le bénéfice ?


[ Autoroute ]
Une augmentation au goût de bouchon
24 Heures du 11 novembre 2013
L'invité:Nicolas Daïna

 

COMMENTAIRES:

 

Les multiples taxes inventées par ceux qui n'ont de cesse d'augmenter la richesse de l'Etat, donc son emprise sur le citoyen, ne sont que des impôts supplémentaires qui ne disent pas leurs noms. Pour preuve, le total des émoluments récoltés pour des tâches qui, pourtant, devraient êtres couvertes par l'impôt ordinaire, ne cesse d'augmenter, atteignant même plus de 100% dans certains cantons. Voir le rapport "Financement par émoluments dans les cantons et communes"


[ Autoroute ]
Vignette et autoroute de contournement de Morges: aucune influence!
Journal de Morges du 8 novembre 2013
Lettre de lecteur: Pierrette Roulet-Grin

COMMENTAIRES:

Débile, ce chantage ! Il ridiculise ceux de nos politiciens qui y expriment leur servilité aux augmentations d'impôts déguisées...
 


Le bras de fer entre les régions et la Nagra
24 Heures du 5 novembre 2013
Article de Lucie Monnat

 

COMMENTAIRES:

 

Il n'y a actuellement aucun processus technique connu pour diminuer sensiblement la durée de vie des déchets radioactifs. Sachant que ceux-ci sont mortels soit par ingestion (il suffit de 1 µg de plutonium pour tuer une homme) soit par irradiation (par exemple, tous les "liquidateurs" de Tchernobyl sont morts d'irradiation massive peu de temps après leur intervention près de la centrale), est-il raisonnable de produire de tels déchets?

 

Une centrale atomique en produit des tonnes durant son fonctionnement et des dizaines tonnes lors de son démantèlement, avec des périodes radioactives (temps pendant lequel le déchet perd la moitié de sa radioactivité) allant de quelques minutes à des millions d'années selon le radionucléide. Voir ici

 

Dès lors, en dehors de toute discussion sur la méthode d'enfouissement des déchets, ne se pose qu'une seul question: "A-t-on le droit de léguer ce cadeau empoisonné à nos enfants ?"

 

 

 

 

 

La méthode la plus sûre de se protéger contre la nocivité à long terme des déchets radioactifs est de ne pas en produire !

 

 

 


Polémique sur le recours au charbon pour sortir du nucléaire

24 heures du 1 novembre 2013

Article de Arthur Grosjean, Berne

 

COMMENTAIRES:

 

Il y a polémique parce que les entreprises de production d'électricité veulent à tous prix garder leur monopole de la production d'électricité. Sachant que ces entreprises sont majoritairement en mains de collectivités publiques, on peut se demander pourquoi... Un début d'explication ici


[ Taxe au sac ]
A Orbe, la colère monte avec la facture des déchets

24 Heures du 14 octobre 2013

Article de Delphine Neyaga

 

COMMENTAIRES:

 

Il oublie deux "détails" le brave Municipal qui s'exprime dans cet article:

  •  "La Loi oblige de financer l'élimination des déchets au moyen d'une taxe", oui; mais proportionnelle au volume des déchets à éliminer. Le principe étant d'inciter les citoyens à trier leurs déchets. Où est cette proportionnalité dans une taxe fixe, qui s'applique à tous sans distinction entre bons trieurs et ceux qui jettent tout à la poubelle ?
     

  • La Loi fédérale stipule que l'introduction du financement de l'élimination des déchets au moyen de taxes doit être fiscalement neutre. Ce que les citoyens doivent payer en taxes (taxe fixe et prix des sacs) doit être compensé par une diminution équivalente des impôts. Dans le cas d'Orbe, la Municipalité fait payer les sacs 50% plus chers et en plus encaisse une taxe fixe de 60 Fr par habitant. C'est compensé par une diminution de quoi ?


[ Taxe au sac ]
Les élus de Vevey refusent une taxe "antisociale"
24 Heures du 8 octobre 2013

 

COMMENTAIRES:

 

Bravo Vevey, voilà enfin des élus respectueux de la Loi ("L'introduction de la taxe au sac doit être fiscalement neutre") et des couches populaires de la population. Si seulement Bussigny pouvait s'en inspirer !...

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Tours ]
Urbanisation de Bussigny: critères clés
Site www.construire-bussigny.ch le 5 octobre 2013

 

COMMENTAIRES:

 

"Pas de bâtiments de plus de 30 mètres de haut"

Voilà qui change avec la tour prévue au PPA Industrie I: 60 mètres.
C'est une bonne nouvelle !

 

"+ 3000 habitants en 10 ans"

Voilà également une bonne nouvelle! Cela change avec ce qu'avaient planifié les technocrates cantonaux: + 12'500 hab en 10 ans (20'000 en 2020) !

 

"Densification max de 200 habitans-emplois/ha"
C'est ce qui est prévu dans le préavis de financement de l'étude du projet PPA Industrie II. Si ce chiffre est également celui qui limitera la densification pour les autre projets à venir, voilà également une bonne nouvelle !

 

Mais on peut avoir quelques doutes à ce sujet puisque cette valeur de 200 passe déjà à 225 sur le site web de la muni !...

 

La Municipalité de Bussigny semble avoir tenu compte des désirs de la population à cet égard mais ne s'agit-il que de promesses de politiciens ?

N'oublions pas que les politiciens passent mais que les citoyens restent...

 

Reste maintenant à voir quelles en seront les mesures d'accompagnement:

  • Comment faire circuler ces 3000 nouveaux habitants dans un Bussigny déjà aujourd'hui au bord de l'asphyxie aux heures de pointe. Et surtout si les 30'000m2 de locaux commerciaux  actuellement à disponibles à la location trouvent preneur (1000-2000 emplois supplémentaires) ?
     

  • Comment diminuer la pollution qui, déjà aujourd'hui, dépasse les limites admises, notamment le bruit amené par l'autoroute, ainsi que les polluants atmosphériques. N'oublions pas les 100'000 véhicules qui transitent chaque jours à nos portes ?
     

  • Quelle sera la qualité urbanistique et sociale des bâtiments prévus ? Des "cages à lapins" ou des éco-quartiers agréables à vivre ?
     

  • Et pour terminer, quelle sera la qualité de la concertation entre la Municipalité et la population ? Les citoyens pourront-ils parvenir à se faire entendre, c'est-à-dire faire passer les propositions techniques constructives qu'ils pourraient avoir ?

J'ai proposé à la Municipalité qu'elle installe un forum sur son site web afin que chacun puisse y poser des questions, faire des propositions ou simplement donner son avis, et ceci au vu de tous. Autant pour les messages des citoyens que pour les réponses de la Municipalité. Ce serait un moyen de faire réellement participer les citoyens à l'élaboration de leur cadre de vie.


[ Crédibilité de l'Etat ]

Glencore gagne et le CICR perd. Cherchez l'erreur

Le Matin Dimanche 22 septembre 2013

 

COMMENTAIRES:

 

Glencore fait un bénéfice annuel de 4.06 milliards de Francs et ne paie que 6% de cette somme en impôt, 240 milions. Jusqu'à quand va-t-on tolérer cette injustice ? Jusqu'à quand va-t-on faire de tels cadeaux aux entreprises multinationales ?

 


[ Crédibilité de l'Etat ]
La Suisse est un concept en danger

Le Temps du 13 septembre 2013

Article de Liliane Held-Khawam

 

COMMENTAIRES:

 

"Perte de souveraineté. Pillage de la place financière. Pillage de sa monnaie. Pillage de son or. Pillage de ses données. Pillage des droits des citoyens. A toutes ces plaies s'ajoute l'humiliation. Rien n'aura été épargné au peuple suisse ! Une des plus anciennes démocraties du monde flanche sous des coups venus de toutes parts. Or, la facilité et la vitesse avec lesquelles tout cela se passe auraient été impossibles sans trahisons internes."

 

Tout est dit !


Un chiffre absolument fantaisiste

24 Heures du 27 août 2013
Lettre de lecteur, Eduard G. Meier

 

COMMENTAIRES:

 

On ne peut pas mieux dire: susciter l'installation de chauffages électriques il y a 30 ans et maintenant les interdire, quelle injustice ! Ceux qui y ont cru se sentent maintenant trahis. Messieurs les politiciens nous ne vous avons pas élu pour nous faire ce coup de jarnac, vous perdez de votre crédibilité et avec vous,  l'Etat de droit dans son entier. L'Etat est en train de se couper la branche sur laquelle il est assis.

 

La solution proposée par ce lecteur est excellente: plutôt que de se débarrasser des économies d'énergie sur le dos des propriétaires de chauffages électriques, faisons participer tous les propriétaires en les obligeant à mieux isoler les maisons qui ne le sont pas assez. Ainsi les sacrifices seront répartis sur tous plutôt que sur quelques pourcents de propriétaires qui ont eu le tort de croire leurs autorités à l'époque. Politiquement, cette décision serait de nature à restaurer quelques peu la confiance perdue.


[ Armée ]

Initiative du GSSA: Illusoires volontaires

24 Heures du 29 août 2013

Lettre de lecteur: Ernest Cardis

 

COMMENTAIRES:

 

Il a raison ce lecteur, bien que respectable dans son intention (faites l'amour pas la guerre), l'acceptation de cette initiative sonnerait le glas de 700 ans d'histoire suisse et, probablement la fin de l'indépendance, donc de la prospérité de notre pays. Car si une seule leçon de l'Histoire devait être retenue, c'est que la seule façon de rester libre, c'est d'être fort, donc de se donner les moyens de se faire respecter. Le général de Gaulle le disait fort bien: "Les pays n'ont pas de sentiments, ils ont des intérêts".

 

On voit depuis pas mal d'années déjà le résultat du manque de courage (dû  essentiellement à la cupidité) de notre pays face à ce qu'on doit bien appeler des "attaques" de l'extérieur, entre autres les diktats des USA, de la France, de l'Allemagne au sujet de notre système fiscal et de l'UE au sujet de notre fédéralisme. A force de vouloir être "le premier de classe", à force de vouloir "montrer l'exemple", à force d'avoir peur que "l'image de la Suisse" soit ternie à l'étranger, on finit par devenir peureux et on s'aplatit à chaque froncement de sourcil de ceux qui, en définitive, n'ont que leur intérêt en tête. Tout en se drapant de considérations éthiques qu'ils ne respectent pas eux-mêmes.

 

"Si tu veux la paix prépare la guerre dit le dicton". Dans notre cas, c'est d'avoir une armée capable de répondre coup pour coup à un éventuel assaillant, de façon à le dissuader de passer à l'action. Le Liban, "la Suisse du Moyen-Orient", est en cela un cas d'école car c'est un pays qui n'avait pratiquement pas d'armée. Or voilà des décennies qu'il est dévasté par des armées et factions étrangères.

 

Alors bien-sûr, on peut se poser la question: "de quelle armée avons-nous besoin?". Probablement pas forcément celle qui consiste à aligner des chars, des canons et des avions en face d'une armée adverse. Mais des missiles efficaces, des armes légères bien adaptées et une troupe déterminée et mobile pour s'en servir. L'exemple du Viet-Nam l'a démontré: aucun pays, ne serait-ce le plus puissant au monde, ne peut vaincre un peuple déterminé. Mais à condition que ce peuple utilise des moyens autres que ceux d'un ennemi supérieur en nombre et en puissance. Dans le cas du Viet-Nam, ce sont les vélos de transport de la route Ho Chin Minh, les caches creusées sous terre et la détermination à se défendre qui ont vaincu les Américains. Car si ce pays s'était battu avec les mêmes armes que les Américains, les avions, les canons et les chars, il aurait été mathématiquement battu d'avance.

 

En fin de compte, le but final du GSSA est de supprimer notre armée car il pense qu'en éliminant les armes il n'y aurait plus de guerre. C'est hélas une illusion et de l'angélisme. C'est comme si on voulait éradiquer les maladies en supprimant les médecins ! Encore une fois, ce désir des pacifistes est respectable, mais il est du devoir des anciens, qui eux ont côtoyé les malheurs du monde durant leur vie, de leur faire prendre conscience que l'être humain est hélas un animal trop intelligent, et que cette qualité-là pousse certains à asservir les autres pour leur profit. On fera ce qu'on voudra, il se trouvera toujours une minorité de prédateurs parmi nous. Dès lors, le devoir personnel de chacun, c'est de tout faire pour limiter leur pouvoir de nuisance, donc de tout faire pour éviter que quelqu'un concentre trop de pouvoir en ses mains. En cela notre système fédéraliste est idéal puisqu'il divise le pouvoir d'un gouvernement centralisé, qui, s'il les avait tous, finirait par devenir totalitaire et dictatorial et par amener  le malheur sur sa population. On en a un exemple parfait au Moyen-Orient en ce moment !

 

Pour en revenir à la suppression de l'obligation de servir, un point n'a pas encore été évoqué: notre armée de milice contribue à la cohésion de notre pays. C'est à l'école de recrue qu'elle se forge, en côtoyant et en apprenant à connaître, donc à respecter, les concitoyens qui parlent une autre langue. Sinon où le ferions-nous ? Cette fraternité "des armes" (j'aurais plutôt tendance à dire "de la marche à  pieds)  qu'on le veuille ou non contribue à nous nous souder.

 

Notre armée et notre système politique nous coûtent cher, mais constituent notre assurance contre le malheur. Soyons-en fier et gardons-les (tout en les adaptant) , ce sont les meilleure du monde !


[ Crédibilité de l'Etat ]
M
onsanto: des bénéfices indécents

 

Journal de Morges du 16 août 2013
Courrier des lecteurs, lettre de Yannick Maury, Montherod

 

COMMENTAIRES:

 

Une société boîte aux lettres, donc qui ne rapporte à-peu-près rien aux commerces locaux, et qui est exempté de tout impôt communal et cantonal ! Voilà un bénéfice de 909 millions qui échappe à l'impôt, que ce soit en Suisse et ailleurs! Mais où est le bénéfice de la Suisse dans tout ça ? C'est une question que j'aimerais bien poser à notre grand argentier cantonal. Une chose est sûre: les critiques de l'UE à notre égard sont bel et bien justifiés. La Suisse est probablement le paradis fiscal le plus stupide du monde...

 

Avec cette politique, les grandes entreprises multinationales deviennent de plus en plus riches puisque leurs fiscalistes, en jonglant avec les lois nationales, arrivent à ne leur faire pays d'impôt dans aucun pays où elles sont implantées. Pendant ce temps-là, les entreprises nationales, petites et grandes, doivent elles payer des impôts comme tout le monde. C'est ce qui fait que ces énormes bénéfices sont indécents et font basculer le monde en deux classes: celles qui payent des impôts et celles qui n'en paient pas.

 

Il y a aussi l'aspect le plus controversé de cette entreprise: elle brevète le vivant, développe des OGM, et attaque ensuite ceux dont les champs ont été contaminés par les plantations d'OGM voisines (le vent ne s'arrête pas aux limites des parcelles. C'est ça la grande supercherie des OGM. On fait des études sur leur éventuelle nocivité, mais le problème n'est pas celui-là, c'est le fait de breveter du vivant. Par exemple des graines, ce qui empêche ensuite ceux qui les utilisent depuis toujours de le faire sans payer de royalties à cette entreprise. Et leurs graines OGM ne peuvent s'utiliser qu'une seule fois, il faut chaque année en racheter, une boucle infernale...

 

Notre Etat se décrédibilise en cautionnant ces méthodes. C'est grave !


[ Taxe au sac ]
Gestion des déchets: taxe mal conçue et mal acceptée

 

24 Heures du 24 juillet 2013

Lettre de Rémy Addor, Pully

 

COMMENTAIRES:

 

Tiens, tiens, voilà déjà un contribuable qui réalise que j'ai raison lorsque je dis que la partie fixe de la taxe au sac (85.-/personne à Bussigny) est en contradiction avec la Loi puisqu'elle n'a aucune relation avec une incitation au tri des déchets. C'est une somme fixe appliquée à tous les contribuables, qu'ils trient leurs déchets ou pas!

 

De plus, certaines communes, dont la mienne Bussigny, ont choisi de compenser l'introduction de cette taxe fixe en abaissant le taux d'impôt. C'est la méthode la plus injuste qui soit puisqu'elle permet aux riches une déduction d'impôt substancielle et quasi-rien pour les pauvres. Un rapide calcul démontre que la charge fiscale d'un couple de retraités modestes grimpe de 12% avec l'introduction de la taxe au sac.


[ Autoroute ]
Bussigny: L'autoroute de la discorde

 

Lausanne Cité du 3 juillet 2013

 


[ Nucléaire ]
Le risque présenté par les centrales nucléaires est trop élevé en Suisse

 

Le Temps du 25 juin 2013 (?)
Témoignage de Dieter Majer, sécurité nucléaire allemande

COMMENTAIRES:







 


[ Autoroute ]
Plus de 2300 signatures contre l'autoroute

24 Heures du 28 juin 2013

Article de E.BZ

 

COMMENTAIRES:

 

 


[ Autoroute ]
Bremblens: Pas d'autoroute ni de piscine

 

La Côte du 27 juin 2013

Article de DSZ

 

COMMENTAIRES:

 

"Qu'on ne l'entende pas, qu'on ne la voie pas et qu'on ne la sente pas"

On ne peut mieux dire ! Bravo !

 

 

 


[ Tours ]
La plus haute tour du monde privée d'ascenseur

 

La Vie Immo du 22 juin 2013

Article de Sahra Laurent

 

COMMENTAIRES:

 

Quand on vous disait que les tours sont dangereuses !


[ Crédibilité de l'Etat ]
Un financement malsain des universités

Le Temps du 4 juin 2013, Courrier des lecteurs
Lettre de Juerk Estreicher, de Confignon

COMMENTAIRES:














 


[ Crédibilité de l'Etat ]
Plier devant les Etats-Unis ne nous épargnera ni la honte, ni la guerre


Le Temps du 4 juin 2013
Article de Douglas Hornung, avocat à Genève

COMMENTAIRES:








 


[ Tours ]
Unis pour l'avenir de Bussigny

Journal de Morges du 31 mai 2013
Article de Donatella Romeo

COMMENTAIRES:







 


Jeudi 6 Juin
Au Bourg à Lausanne, portes 19:00 / début 19:30 (entrée libre)
LOGEMENT: Comment sortir de l'impasse?
Débat

Une pénurie lancinante d'appartements vacants, des loyers qui prennent l'ascenseur, des locataires mis à la porte pour cause de vente ou de rénovation: se loger sur l'arc lémanique s'apparente de plus en plus à une mission impossible.

Afin d'envisager des pistes pour sortir de cette impasse, le quotidien Le Courrier vous invite à un grand débat  avec:

Béatrice Métraux, conseillère d'Etat, cheffe du Département de l'intérieur; Grégoire Junod, conseiller municipal à Lausanne, directeur du  logement et de la sécurité publique; César Montalto, président de l'Asloca Vaud; Sandro de Pari, directeur général du Fonds immobilier romand; Catherine Mathez, association Druey 22-30. Modérateur: Mario Togni, journaliste au Courrier

 

[ Crédibilité de l'Etat ]

Capitulation ? L'accord Suisse-USA fâche

 

24 Heures du 30 mai 2013

Article de Xavier Alonso et Fabian Muhheddine

 

COMMENTAIRES:

 

Le Conseil Fédéral accepte de livrer les noms des employés des banques suisses aux USA. Ce faisant le CF trahit ses citoyens puisqu'il ne les défend pas vis-à-vis d'attaques étrangères. Et puis, est-ce bien loyal de livrer ainsi des employés en pâture à la justice américaine alors qu'ils n'ont fait qu'obéir aux ordres de leurs supérieurs ?


Mais question: les directeurs de nos plus grandes entreprises dont les banques, des étrangers pour le 65% d'entre eux (stats officielles), ne pourraient-ils pas être des "chevaux de Troie" au sein de nos grandes entreprises ? En cas de conflit, où va leur loyauté: à leur pays d'accueil ou à leur pays d'origine ?

Cette question est d'autant plus aigüe que la plupart des pays n'extradent pas leurs ressortissants, la France en tous cas. C'est donc aussi valable pour les doubles nationaux, qui peuvent garder leur nationalité d'origine lorsqu'ils deviennent suisses. En cas de pépin en Suisse (faillite ou poursuite pénale par ex.), ils retournent dans leur pays d'origine et la Justice suisse ne peut plus rien contre eux.

C'est à se demander si les grands directeurs de banque ne sont pas choisis étrangers dans le but se pouvoir les mettre à l'abri... Mais c'est aussi à se poser des questions sur l'intelligence des conseils d'administrations qui nomment ces directeurs-là...


[ Injustice ]

Nouvelle redevance radio-TV

 

Message du Conseil Fédéral

Site web de la Confédération 29 mai 2013

 

COMMENTAIRES:

 

Mais à quoi pensent notre Conseil fédéral ? Obliger toute la population à payer une redevance radio-TV, même ceux qui n'écoutent pas la radio et ne regardent pas la TV !

 

Il y a tout de même des habitants de ce pays qui sont pauvres et qui n'ont pas les moyens de se payer un récepteur radio ou TV, un smartphone ou un ordinateur. Ou qui le font par choix. Il y a aussi des aveugles et des sourds, et eux-aussi devraient payer 400 Francs par an pour rien ?

 

Mais quelle injustice !

 

Sans compter que cette taxe obligatoire s'ajouterait aux autres, à la taxe au sac par exemple, et qu'en fin de compte il ne serait plus possible de vivre avec peu dwe revenus en Suisse, qui deviendrait alors un pays à usage exclusif des riches. Vivre sans gagner de l'argent, en dehors de la société de consommation, peut être un choix personnel. C'est un droit qu'on ne peut enlever à quiconque tant qu'il arrive à vivre dignement et à subvenir à ses besoins. De quel bois sont faits ces parlementaires qui se permettent de l'interdire ?


[ Démographie ]

Les Romands se déplacent toujours plus

 

La Côte du 23 mai 2013

Communiqué ATS

 

COMMENTAIRES:

 

111'000 Romands "pendulent" chaque jour ainsi que 18'000 Alémaniques.

Cela fait déjà 129'000 personnes sur nos routes et dans les trains.

Si on y ajoute les frontaliers, on doit bien arriver à 200'000 pendulaires.

Il n'y a pas besoin de chercher plus loin la cause de l'engorgement des moyens de communication. C'est simple: nous sommes trop nombreux !


[ Démographie ]

Les Lausannois toujours plus internationaux

 

24 Heures du 23 mai 2013

Article de A.DZ

 

COMMENTAIRES:

 

1% d'augmentation de population par année.
"Plus jeunes, plus célibataires et de  moins en moins suisses"


[ Démographie ]

A Genève, la pénurie de logements est planifiée par les autorités

 

Le Temps du 17 mai 2013

Opinion de Antoine Vieilliard, Conseiller général de Haute-Savoie

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ La Suisse et l'Union Européenne ]

Suisse-UE: une vue d'avion

 

Le Temps du 17 mai 2013

Livre de Daniel S. Miéville

 

COMMENTAIRES:

 

"Une Suisse frileuse", adjectif dont ont usé et abusé les journalistes partisans de l'entrée dans l'UE en 1992 (dont l'auteur du livre). 

 

Mais s'ils avaient lu, entre autres, les théories de Denis de Rougemont sur la concentration du pouvoir et ses abus, ils auraient peut-être vu les choses autrement. Il y a certainement des frileux en Suisse, mais il y a aussi des citoyens qui savent que plus la concentration du pouvoir est grande, plus ses décisions vont à l'encontre de l'intérêt de la majorité des citoyens. Et que plus les centres de décision sont éloignés de leurs lieux d'application, moins ils prennent en comptes les intérêts locaux.

 

Notre système politique suisses, le fédéralisme, n'a pas ces défauts puisque le pouvoir est géographiquement morcelé en autant de cantons et de communes, avec chacun leurs prérogatives. Malgré les nombreuses langues, ethnies et particularités locales qui constituent notre pays, notre démocratie a réussi  à maintenir la paix sociale et la prospérité dans notre pays.

 

L'Union Européenne est en train de se rendre compte que son système centralisateur, qui la met à la merci des groupes de pression, le mène à sa perte. La solution serait peut-être que ce soit l'UE qui entre dans la Suisse plutôt que l'inverse (c'est-à-dire qu'elle adopte le même système politique fédéraliste et décentralisé).

 

21 ans après 1992, il faut bien accepter le fait que les soi-disant "frileux" et autres "peureux" de l'époque ne l'étaient pas. Ils étaient clairvoyants et ne voulaient tout simplement pas d'un système de concentration du pouvoir pour notre pays. Et il est incontestable que le présent leur donne raison ! Chers Monsieur Miéville, heureusement que nos conconcitoyens ne vous ont pas suivi à l'époque... Où en serions-nous aujourd'hui ?

Avec le recul, la lecture de la liste de Noam Chomski est instructive !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Autoroute ]

Initiative à saluer

 

24 Heures du 17 mai 2013

Courrier des lecteurs, lettre de Mr Philippe Vauthier

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Médias ]

Les techniques secrètes pour contrôler les forums et l’opinion publique

 

23.9.2012 par Max
http://www.humansvillage.net/blog.php?id=4732

 

COMMENTAIRES:

 

On trouve de tout sur le net et tout est suspect puisqu'on connaît rarement le vrai nom des auteurs, donc de leur appartenance éventuelle à des mouvances  partisanes désireuses de manipuler l'opinion publique. Mais "prudence" ne veut pas dire mise de côté et "lire" ne veut pas dire être d'accord. Cet article est très instructif.


[ Médias ]
Les dix stratégies de manipulation de masses

 

Par Noam Chomsky

21.9.2010 Pressenza Boston

 

 

 


[ Chauffage électrique ]

Chauffages: électricité dans l'air

 

Journal de Morges du 17 mai 2013

Article de Floriane Galaud

 

COMMENTAIRES:

 

Nos autorités ont toujours un bouc émissaire pour se donner bonne conscience !

 

Il y a une trentaine d'années, lorsqu'il fallait absolument justifier la construction de centrales nucléaires, nos autorités poussaient à l'installation de chauffages électriques à coup de rabais sur les prix de l'électricité et d'arguments du style: "un système de chauffage propre, économique et effiace".

 

Et puis la tendance a changé, et maintenant ce sont les énergies renouvelables qu'elles promeuvent.

 


[ Démographie ]
Schneider-Ammann veut laisser les locataires sur le carreau

 

Le Matin Dimanche du 12 mai 2013

Article de Magalie Goumaz

 

COMMENTAIRES:

 

"Libre circulation: il faut laisser faire le marché" (credo de l'ultra-libéralisme)...

 

La libre circulation provoque l'arrivée, année après année, de 80'000 nouveaux immigrants de l'UE en Suisse, qu'il faut occuper, loger, déplacer, soigner, aider, etc. Il en résulte, entre autres, d'un encombrement sans précédent de nos routes, d'une pénurie de logements qui fait monter les loyers jusqu'à des sommets stratosphériques, d'une pénurie de places dans les hôpitaux, dans les prisons, bref partout ! Et pour couronner le tout, le dumping salarial des entreprises étrangères fait baisser les salaires.
 

Alors la question est toute simple:

Pour le simple citoyen, quel est l'avantage qu'apporte l'ouverture sans contrôle des frontières ?

 

Réponse:
Que des nuisances: le pays devient surpeuplé, les prix montent, les salaires stagnent et notre cadre de vie se dégrade. Alors bien-sûr, les affairistes font des affaires d'or et les riches deviennent de plus en plus riches... mais pas le citoyen moyen ! Et il faudrait se serrer encore plus pour faire de la place à de nouveaux arrivants et donc densifier ?

 

Alors désolé pour l'ultra-libéralisme et l'idée angélique de l'amitié internationale et de l'ouverture des pays, mais nos concitoyens peuvent constater par eux-mêmes les dégâts provoqués par l'ouverture incontrôlée des frontières. En 1982, les opposants à l'entrée dans l'Europe criaient au danger et on les traitait de peureux. Eh bien voilà: ils avaient raison, nous y sommes !

 

Mais il y aurait peut-être un moyen d'éviter que le citoyen ne bloque totalement la coopération avec l'Europe. Il suffirait de rendre la préférence nationale obligatoire: dans tous les cas où les autochtones sont en compétition avec des nouveaux-venus ou des entreprises étrangères (adjudication de travaux, places de travail, location et achat de logements, etc.), la préférence serait obligatoirement donnée à celui qui habite déjà notre pays.

 

De cette façon, la compétition qui s'est instaurée entre indigènes et nouveaux-venus fortunés, qui pousse tous les prix vers le haut, n'aurait plus lieu et le flux de nouveaux-arrivants se tarirait de lui-même. 

 

Que nos autorités en soient bien conscientes: c'est ça ou NON !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Démographie ]
Pour Burkhalter, la politique de migration est indissociable de la politique européenne

 

Le Matin Dimanche du 12 mai 2013

Article de D.S. Miéville

 

COMMENTAIRES:

 

Mêmes commentaires que ci-dessus, exactement les mêmes !...


[ Autoroute ]

Des nuages s'amoncellent sur le contournement de Morges

 

24 Heures du 4 avril 2013

Article de Mehdi-Stéphane Prin


[ Autoroute ]
Claude-Alain Voiblet accusé de se moquer des intérêts vaudois

 

24 Heures du 3 mai 2013

Article de Mehdi-Stéphane Prin

 

COMMENTAIRES:

 

Mais l'autoroute de contournement de Morges n'est justement pas dans l'intérêt des Vaudois puisque son déplacement va résoudre les problèmes de Morges mais en créer de nouveaux dans 6 autres communes, dont Bussigny ! De l'intérêt de quelques Vaudois d'accord, mais au détriment de tous les autres !

 

De plus, il n'y a rien de plus anti-social qu'une taxe, appliquée uniformément à tous, sans distinction de revenu. Pour un revenu de 100'000 Fr/an elle apparaîtra légère, voire négligeable, mais pour un retraité qui n'a que l'AVS pour vivre et qui a la chance de pouvoir encore conduire, 100 Fr cela représente l'équivalent de sa nourriture pour 2 jours.

 

Selon cet article, Mr Voiblet aurait tout l'establisment politique de ce canton contre lui. Et malgré tout il se bat pour sa conviction, eh bien respect à lui ! Dans notre système politique qui se meurt à force de langue de bois, à force de politique politicienne, à force de désinformation suscitée par les lobbies, voilà une homme qui a le courage de ses opinions. On peut être pour ou contre, mais au moins admirer ce courage-là.


[ Démographie ]
Il va bien falloir se calmer!

 

Courrier des lecteurs de 24 Heures du 3 mai 2013

Lettre de Jacques Humbert

 

COMMENTAIRES:

 

Il a absolument raison ce Monsieur, beaucoup de nos maux sont provoqués par l'accroissement non-contrôlée de la démographie en Suisse. Avant de densifier, cessons déjà de faire de la promotion économique qui n'amène que des nuisances à la population de ce pays!


[ Mondialisation  ]

Des dérives financières aux destructions d'emplois

 

Le Temps du 1 mai 2013

Article de Liliane Held-Khawam

 

COMMENTAIRES:

 

Excellent article que je compléterai par:

 

La finance mondiale doit absolument être règlementée faute de quoi le krach de 2008 se reproduira immanquablement. Car, depuis, rien n'a été corrigé excepté le fond minimum de fonds propres des banques, légèrement augmenté. Il faudrait au minimum séparer la banque d'investissement de la banque de gestion, ce qui permettrait de garantir les avoirs des déposants.

 

Il faudrait également taxer chaque transaction boursière. De cette façon, le trading à haute vitesse deviendrait moins rémunérateur ce qui en limiterait les nuisances sur la santé de la bourse.

 

Une parole souvent lue "la finance crée de la richesse". C'est archi-faux car, ce qui crée de la richesse, c'est le travail. Tout ce qui vient se greffer entre le producteur et le consommateur n'est que de l'argent pris aux uns et aux autres. Donc du parasitisme ! Par conséquent, dire que "la finance crée de la richesse" devrait se compléter par "pour les riches au détriment des pauvres".


[ Démographie ]

Une étude dissocie chômage et immigration

 

Le Temps du 1 mai 2013

Article de Dejan Nikolic

 

COMMENTAIRES:

 

On fait vraiment dire ce qu'on veut aux études !

 

Bien-sûr que les salariés étrangers ne viennent pas prendre le travail des habitants de la Suisse puisqu'ils arrivent chez nous bien souvent engagés par des entreprises étrangères (voir promotion économique). Ils ne prennent pas du travail aux habitants de la Suisse, ils viennent augmenter le nombre de travailleurs (au rythme de 80'000 par année). Notre taux de chômage a un peu augmenté depuis la libre circulation, simplement il s'applique sur un nombre de travailleurs qui a fortement augmenté. Dire que nous avons 5% de chômeurs est une chose, mais parler en terme du nombre de chômeurs nous fait réaliser que cela coûte 1 à 2 milliards par année à notre système social.

 

Et ces milliards ne sont pas forcément financés par les cotisations des chômeurs avant qu'ils ne  perdent leurs emplois car un chômeur en fin de droit dans un pays de l'Union Européenne peut venir travailler chez nous s'il a un contrat d'une entreprise sise en  Suisse. Mais s'il perd son emploi suisse ne serait-ce qu'après un seul jour de travail, ses droits aux prestations de chômage repartent à 100% (puisqu'il n'a pas été au chômage en Suisse).

 

Cette étude est de nature à nous induire en erreur en affirmant que les salariés étrangers viennent simplement "compléter les besoins du marché". Ce serait vrai si le nombre d'entreprises ne variait pas alors qu'en fait leur nombre ne fait que croître au fil du temps, essentiellement par l'arrivée d'entreprises étrangères (65% des patrons des grandes entreprises sont des étrangers, ce qui en dit long). Ainsi le système tourne en boucle, l'arrivée en masse de nouveaux salariés nécessitant la construction de nouveaux logements rien que pour les loger, même chose pour les places dans les hôpitaux, les écoles, sur les routes, dans les trains, etc. En fin de compte, le système s'auto alimente. Plus on fait venir de salariés étrangers plus il faut en faire venir!

 

"Les rémunérations ne baissent pas avec l'arrivés de salariés étrangers".

C'est totalement faux, le dumping salarial est devenu la règle aujourd'hui, et plus on fait de contrôles, plus on en trouve! Mais comme on ne peut faire que très peu de contrôles faute de crédits (le moins d'état)...


[ Promotion économique ]

Le succès du redressement productif à la vaudoise

 

Le Tems du 1 mai 2013

Article  de Marco Danesi

 

COMMENTAIRES:

 

 

 

 


[ Tours ]
La tension doit servir à rendre les projets meilleurs

 

24 Heures du 1 mai 2013

Interview d'Ariane Widmer, cheffe du SDOL (Article de Cindy Mendicino)

 

COMMENTAIRES:

 

"Il faut mettre au premier plan l'intérêt collectif"
Absolument d'accord, sauf que les technocrates et les affairistes inversent les  valeurs. Prenons un exemple: un promoteur construit un immeuble qui défigure et apporte des nuisances à un village entier. L'intérêt collectif, c'est celui du promoteur ou celui de la population locale ? Tout est là !

 

"Les projets sont infiniment plus complexes qu'avant"
Ce n'est pas le problème car les techniques et les outils ont eux aussi évolués. Par contre, oui, les projets sont infiniment plus complexes à faire passer qu'avant, ça oui! Tout simplement parce qu'avec les moyens d'informations modernes, il est plus difficile de cacher les choses. Ce qui était facile à l'époque du radicalisme triomphant ne l'est plus maintenant. Et heureusement !

 

"Il faut de vraies associations de quartier"
C'est-à-dire des associations dociles et soumises à l'autorité politique ?

 

"Ne plus créer que dans l'opposition mais aussi dans le dialogue et la négociation".

C'est exactement ce que réclament les associations citoyennes. Voilà au moins un point sur lequel nous sommes 100% d'accord !


[ Tours ]
Remède aux frondes citoyennes contre les projets urbanistiques

 

24 Heures du 1 mai 2013

Article de Cindy Mendicino

 

COMMENTAIRES:

 

Le remède ? Enfantin: respecter le principe du fédéralisme !

Ainsi, la confédération ne pourra pas empiéter sur les prérogatives des cantons, les cantons sur celles de communes, et ces dernières sur celles des citoyens. Et ainsi on ne pourra pas imposer une urbanisation à des citoyens qui n'en veulent pas. 

 

La grande erreur est de vouloir tout uniformiser. La diversité est pourtant la garante de la liberté. Si les citoyens de Zürich veulent des buildings, qu'ils en construisent. Mais qu'on ne vienne pas en imposer à des communes qui n'en veulent pas. C'est ça la liberté, c'est ça la démocratie, c'est ça le fédéralisme. C'est tout le contraire de la centralisation! C'est "charbonnier est maître chez soi"


[ Autoroute ]
Vidéo de présentation de l'autoroute de contournement de Morges

 

24 Heures, site web

 

 

 


[ Démographie ]
Les 8 millions de Suisses officiellement comptés

 

Le Temps du 26 avril 2013
Communiqué ATS


[ Autoroute ]
Ils combattent sans détours le contournement

 

Le Journal de Morges du 26 avril 2013
Article de Aïna Skjellaug

 

 

 

 


[ Autoroute ]
Nouveau coup de boutoir à Bussigny

 

Journal de La Côte du 25 avril 2013

Article de Didier Sandoz

 

COMMENTAIRES:

 

Signez sa pétition:

 

Une seule solution: enterrer l'autoroute là où elle est actuellement. Cela résoudrait tout !


[ Nucléaire ]
L'Arrêt anticipé des centrales nucléaires peut coûter très cher

 

Le Temps du 25 avril 2013

Article de Bernard Wuthrich

 

COMMENTAIRES:

 

Tant qu'elles sont en bon état, il faut laisser les centrales mourir de leur belle mort à la fin de leur vie contractuelle. Sinon gare aux dédommagements que les électriciens réclameront !

 


[ Autoroute ]
Un collectif de Bussigny s'oppose au grand contournement de Morges

 

24 Heures du 25 avril 2013

Article de I.B.

 

COMMENTAIRES:

 

Signez sa pétition:

 

Une seule solution: enterrer l'autoroute là où elle est actuellement. Cela résoudrait tout !

 

 

 

 

 

 

 

 


A la fin de l'année 2012, la population résidante permanente de la Suisse se monte à 8'036'900 habitants, soit un accroissement de 82'300 personnes (+1,0) par rapport à 2011

 

Office Fédéral de la Statistique 24 avril 2013

 

COMMENTAIRES:

Un accroissement de population de 1% par année veut dire qu'on double la population de la Suisse en 70 ans. Et doubler la population signifie 2 x plus d'appartements, 2 x plus de voitures sur les routes, 2 x plus de places d'école, 2 x plus de places dans les hôpitaux, 2 x plus de délinquants, donc 2 x plus de policiers, etc.
 

Où mettre tous ces gens, toutes ces entreprises, tous ces hôpitaux, toutes ces écoles, tous ces bâtiments administratifs et surtout toutes ces routes ?

Sur les montagnes et dans les lacs c'est impossible. Dans les champs alors ?

Sans compter que rien ne nous dit que l'accroissement annuel se stabilisera à 1%.

Suisse:
+ 82'300 habitants (+1%)
en 2012

Détails ici


[ Tours ]
Tache d'huile citoyenne contre la densification

 

Le Temps du 21 avril 2013

Article de Yelmarc Roulet

 

COMMENTAIRES:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Tours ]

Une fronde urbaine à prendre au sérieux

 

Le Temps du 21 avril 2013

Article de Yelmarc Roulet

 

 


[ Taxe au sac ]
Renens taxera le sac mais pas les ménages

 

24 Heures du 15 avril 2013

Article de Cindy Mendocino

 

COMMENTAIRES:

 

Bravo Renens, c'est exactement ce qu'il faut faire !

 

Augmenter le prix des sacs pour appliquer le principe pollueur-payeur voulu par la Loi, mais sans introduire une taxe fixe qui n'est rien d'autre qu'un nouvel impôt qui ne dit pas son nom. Et qui plus est un impôt qui charge très fortement les couches les moins favorisées de la population puisque la taxe est fixe et n'est pas proportionnelle au revenu imposable du contribuable.

 

Soit dit entre nous, c'est incroyable ce que nos autorités nous "mènent en bateau":

- Ce que celles de Bussigny disaient impossible (se passer de taxe fixe), Renens et Ecublens l'ont fait (pas de taxe fixe).

- Les autorités de Bussigny se disaient obligées d'introduire la taxe au sac sans attendre alors que Renens va l'introduire probablement en juillet 2013.

 

C'est malheureux à dire mais on ne peut plus croire sur parole nos autorités ! La confiance reviendrait peut-être si le Conseil communal de Bussigny reconnaissait de s'être trompé et revienne sur sa décision d'introduire la taxe poubelle fixe.


[ Autoroute ]
Conservons le tracé actuel

Journal de Morges du 12 avril 2013
Courrier des lecteurs

Michel Vonlanthen, Bussigny

 

COMMENTAIRES:

 

100% d'accord !
C'est bien simple: je n'aurais pas mieux dit, même si c'était moi qui avait écrit cette lettre de lecteur...

 

 

 

 


[ Nucléaire ]
Le plan de sortie du nucléaire devient plus contraignant

 

Le Temps du 10 avril 2013

Article de B.W.


[ Autoroute ]
La route au-dessus du rail. Ou l'inverse.

 

Le Temps du 2 avril 2013

Article de Bernard Wütrich

 

COMMENTAIRES:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Autoroute ]
Au-dessus de l'autoroute

 

Journal de Morges du 29 mars 2013

L'invité, Raoul Cruchon

 

COMMENTAIRES:

 

 


[ Politique ]
Canaliser la colère populaire

 

Le Temps du 30 mars 2013

Article de François Modoux

 

COMMENTAIRES:

 

Même conclusion, voir "La crédibilité de l'Etat" dans le chapitre "Politique"

 

 


[ Autoroute ]
Courrier des lecteurs

 

Journal de Morges du 28 mars 2013

 

Le contournement doit être enterré (Monika Maendly, Lonay)

La piqüre (Pierre-Yves Bachmann, Morges)

Précision au sujet d'une résolution (Philippe Jobin, député du district de Morges)

 

COMMENTAIRES:

 

Les citoyens commencent enfin à réaliser ce qu'on leur planifie comme énormité.

C'est le moment !...


[ Tours ]

L'ouest lausannois se mue en eldorado de la densification

 

24 Heures du 25 mars 2013

Article de Cindy Mendocino

 

COMMENTAIRES:

 

Tôt ou tard ces friches industrielles se construiront, ça c'est sûr. Mais il y a quand-même deux questions préalables à se poser:

 

- "Eldorado de la densification" rime avec "eldorado des bouchons" ! Le moyen d'écouler le trafic additionnel suscité par toute nouvelle construction DOIT faire partie intégrante de tout projet. C'est au promoteur, aidé en cela par les pouvoirs publics, de trouver les solutions. Sinon les frais d'infrastructure seront à la charge de la collectivité, mise devant un fait accompli qu'il faudra corriger après-coup à grands frais (du style de "l'erreur de 1964" de l'autoroute de Morge).

 

- Densifier peut-être, mais il faut penser en priorité aux familles qui logeront dans ces immeubles. La priorité doit être mise sur la qualité de vie et le prix des loyers. Donc pas de tours, mais des alternatives sérieuses existent. Il suffit d'avoir la volonté d'y recourir.

 

Le promoteur qui réalisera ces deux conditions se verra ouvrir tous grands les bras de la population !



[ Taxe au sac ]

Les poubelles ont diminué de 40%

 

24 Heures du 22 mars 2013

Article de Justin Favrod

 

COMMENTAIRES:

 


[ Politique ]
Le nombre de frontaliers a encore augmenté en 2012

 

Le Temps du 20 mars 2013

ATS

 

COMMENTAIRES_

 

 

 


 

24 Heures du 22 mars 2013

Article de Lauriane Barraud

 

COMMENTAIRES:

 

Démonstration évidente qu'avant de penser à densifier et à construire encore plus, il faut d'abord résoudre les problèmes de circulation !

 

 

 


[ Tours ]
Friches urbaines: Crissier prend de l'avance

 

Le Temps du 19 mars 2013

Article de Yelmarc Roulet

 

COMMENTAIRES:

 

 


[ Autoroute ]
La piqûre menace l'union de Morges et sa région

 

24 heures du 12 mars 2013

Article de Lauriane Barraud

 

COMMENTAIRES:

 

On ne veut pas d'autoute à Bremblens et à Lonay ? Rien de plus simple:

Faisons comme en ville de Neuchâtel: enterrons l'autoroute sur son tracé actuel ! Résultat: aucune emprise supplémentaire sur les terres agricoles et possibilité de faire un boulevard au-dessus ! Deux routes pour le prix "écologique" d'une seule !

 

Pour cette idée géniale, je demande que ce tronçon d'autoroute enterré soit appelé "Tunnel Michel Vonlanthen". C'est le moins qu'on puisse faire non ?


[ Autoroute ]
Une piqûre qui fait mal aux syndics

 

Journal de Morges du 8 mars 2013

Article de Donatella Romeo

 

COMMENTAIRES:

 

Avec ou sans piqûre, déplacer l'autoroute n'apporte aucune fluidité nouvelle au trafic, les flux venant de Genève, d'Yverdon, de Vevey et de Lausanne y transiteront comme actuellement ! Alors si c'est juste pour que Morges respire, le prix à payer n'est-il pas disproportionné et terme financier mais aussi en terme d'emprise sur la vie des autre petits villages ? On comprend que leurs syndics se rebiffent !


[ Autoroute ]
Il faut les assises de l'autoroute

 

Journal de Morges du 8 mars 2013

Interview de Raphaël Mahaim et de Nuria Gorrite

 

COMMENTAIRE:

 

Nuria Gorrite: "...l'OFROU est leader dans ce dossier..."

Mais qui commande à la Confédération ? Les technocrates de l'Ofrou ou les politiciens qui ont, eux, une légitimité politique ? Il ne faut pas se cacher derrière l'administration Madame ! Ou alors cela signifie-t-il que vous êtes impuissante à diriger notre canton ?


[ Autoroute ]
Vaudois, ne répétez pas l'erreur d'il y a 50 ans

 

Le Matin Dimanche du 10 mars 2013

Article de Jean-Claude Péclet

 

COMMENTAIRES:

 

Eh bien justement, on va répéter l'erreur d'il y a 50 ans si on déplace l'autoroute un peu plus au nord ! Parce que "déplacer l'autoroute " veut dire "déplacer les bouchons" puisque le flux de circulation sera simplement déplacé et pas éliminé. Le trafic autoroutier ne va pas se fluidifier, il va simplement se déplacer. En plus de sacrifier de bonnes terres agricoles, cela vaut-il 3 milliards que cela coûtera ?

 

Il y aurait une solution bien plus simple:
Faire comme en ville de Neuchâtel: enterrer l'autoroute sur son tracé actuel et faire passer le boulevard dessus !

 

Résultat: aucune emprise supplémentaire sur les terres agricoles puisque l'autoroute reste sur son tracé actuel, donc aucune expropriation coûteuse! 

 

Pour cette idée géniale, je demande que ce tronçon d'autoroute enterré soit appelé "Tunnel Michel Vonlanthen". C'est le moins qu'on puisse faire non ?


[ Taxe au sac ]
Cette injustice n'est pas tolérable            

Courrier des lecteurs de 24 Heures du 13 février 2013

 

COMMENTAIRES:

 

Conséquences de l'introduction de la taxe au sac à Bussigny:

 

Charge fiscale 2013 (selon les exemples donnés):

 

D'une famille pauvre:       + 16,35%

D'un couple de retraités: + 12,1%

D'une famille riche:         + 1,99%

 

Mais comment nos élus de Bussigny ont-ils pu introduire un tel système ? Comment tolérer une telle inégalité devant le fisc ? Fr. 327.-, pour une famille  modeste, c'est sa dépense en nourriture pour 2 semaines, ce n'est pas rien !


[ Autoroute ]
A1: Vrai problème, mauvaise réponse

 

Journal de Morges du 15 février 2013

Opinion de Nicolas Daïna, de Bussy-Chardonney

 

 

COMMENTAIRES:

 

100% d'accord !

 


[ Taxe au sac ]
A Bussigny, les pauvres pleurent mais les riches rigolent !

 

Journal de Morges du 8 février 2013

Lettre de Michel Vonlanthen, Bussigny


[ Autoroute ]
Un "oui, mais" pour le grand contournement

 

24 Heures du 8 février 2013

Article de E.BZ

 

 

 

 


[ Autoroute ]
Le Canton ne doit pas attendre la décision de la Confédération

 

24 Heurs du 6 février 2013

Lettre de Louis-Roland Pisler, Vufflens-la-ville

 

 


[ Autoroute ]
Le parlement fait front uni pour contourner Morges

 

24 Heures du 6 février 2013

Article de Emmanuel Borloz

 

 

 

 

 

 


[ Taxe au sac ]
A Pully, un règlement sur les déchets ilégal

 

Courrier des lecteurs du Temps du 4 février 2013

 

COMMENTAIRES:

 

Fichtre, règlement illégal à Pully ! Et à Bussigny, la taxe unique et uniforme pour tous est-elle compatible avec le principe du pollueur-payeur ? Non n'est-ce pas !

 

Et la différence de traitement entre riches et pauvres, voir ici, est-elle conforme avec l'égalité de traitement devant l'impôt ? Non n'est-ce pas !...

 


[ Taxe au sac ]
Les sacs-poubelle ne causent que des problèmes

 

Courrier des lecteurs du Matin Dimanche du 3 janvier 2013

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Taxe au sac ]
Avec la taxe au sac, la qualité des déchets verts laisse à désirer

 

Le Matin Dimanche du 3 janvier 2013

Article de Camille Krafft

 

COMMENTAIRES:

 

C'était à prévoir: lorsqu'on introduit une mesure injuste et inutile, les citoyens se rebiffent. L'article le dit d'ailleurs très bien: avant on triait déjà nos déchets sans y être obligés et c'était bien fait. Maintenant on veut obliger chaque citoyen à le faire en le lui faisant payer de surcroît. Qu'on pénalise ceux qui ne veulent pas trier d'accord, mais eux seuls et pas toute la population en bloc.

 

On peut d'ailleurs fortement douter de la pureté des intentions de nos gouvernants d'introduire la notion de pollueur-payeur dans le financement de l'évacuation des déchets. Si c'était vraiment le but, la surtaxe du prix des sacs aurait suffit. Mais un taxe fixe appliquée à tous, trieurs et non-trieurs, où est l'incitation au tri ?

La taxe au sac est en fait un nouvel impôt qui ne veut pas dire son nom !

 

Dans la même veine, si la Municipalité de Bussigny désirait vraiment faciliter l'évacuation des déchets, pourquoi s'ingénie-t-elle à mettre de nouveaux obstacles à celle-ci? Par exemple, à la déchetterie, on pouvait auparavant déposer ses déchets de jardin au sol, sur un endroit prévu à cet effet. Depuis quelques semaines, on doit les déposer dans un container posé au sol. Pour cela il faut monter un escalier métallique glissant et dangereux avec ses déchets dans les mains et ensuite les balancer par-dessus une barrière de 1 mètre de haut. S'il y a du monde c'est la foire d'empoigne et en plus c'est pénible, surtout pour les personnes sur l'âge. A tel point que beaucoup de gens doivent se faire aider par les employés. C'est un encouragement ça ?

 

Autre "encouragement": avant l'introduction de la taxe au sac, ceux qui arrivaient trop tard au passage du camion de la voirie avaient encore la possibilité de déposer leurs sacs-poubelle dans les containers de La Plannaz. Depuis ils ont été supprimés. Que faire maintenant ? On veut vraiment mettre les bâtons dans les roues des honnêtes citoyens ! Et en plus on voudrait qu'on prenne ça avec le sourire?


[ Taxe au sac ]
Chavannes est enfin au clair sur les taxes déchets

 

24 Heures du 2 janvier 2013

Article de J.DU.

 

COMMENTAIRES:

 

Bravo à cet élu de Chavannes, le (enfin!) premier à dire que la taxe fixe est illégale et injuste ! Et à Bussigny, tous les Conseillers approuvent cette taxe sans rien dire? Même ceux de la Gauche? Si oui ç'est à n'y plus rien comprendre à la politique !

 

 

 

 

 

 

 


[ Taxe au sac ]

Les poubelles de vaudois regorgent d'inégalités

 

Le Temps du 30 janvier 2013

Article de Marco Danesi

 

 

 

 

 


[ Taxe au sac ]
24 Heures du 25 janvier 2013

Courrier des lecteurs

 

 

 

                                                           


[ Taxe au sac ]
Les Lausannois jouent le jeu de la taxe poubelle
 
24 Heures du 25 janvier 2013
Article de A.DZ
 
 
 
 
 
 
 
 


[ Taxe au sac ]
Difficile de contester l'amende pour un sac noir
 
24 Heures du 24 janvier 2013
Article de A.DZ
 
COMMENTAIRES:
 

Le peuple vaudois est vraiment très mécontent de cette taxe au sac, c'est le moins qu'on puisse dire... le jour de l'indépendance vaudoise !

 
 
 


Quel drôle d'encouragement au tri !

 

24 Heures du 21 janvier 2013

Courrier des lecteurs

 

COMMENTAIRES:

 

Les retraités qui finissent leurs vies avec peu de moyens, une très grande partie de ceux-ci, vont trinquer ! Ils n'ont qu'un seul avantage sur une famille pauvre: leurs enfants sont en principe grands et ont quitté le domicile familial depuis longtemps. C'est tout ça de taxes individuelles en moins à payer. Mais quand-même quelques centaines de francs par an ce n'est pas rien pour eux !

 

Par contre, les familles d'âge moyen, dont les enfants sont encore à la maison, eux ils vont trinquer. Déjà qu'ils doivent payer les études et l'AVS de leurs enfants, voilà maintenant les taxes pour l'élimination des déchets !

 

Avec toutes les taxes qui sont introduites, il ne sera bientôt plus possible de choisir de vivre en Suisse avec peu de moyens. Parce que même si cette famille trie à fond ses déchets de façon à n'utiliser que très peu de sacs, elle devra passer à la caisse pour les taxes individuelles. Ce n'est pas le meilleur moyen d'encourager les jeunes à se prendre en main !... Et même le contraire: encourager les jeunes à profiter au maximum des aides de l'état. Devenir un assisté étatique sera bientôt la seule possibilité pour survivre avec la jungle de taxes et d'obligations de toutes sortes (ex. assurance maladie) qui sont petit à petit introduites. Lorsque que le taxes fixes faisaient partie des impôts, au moins même avec peu de revenu il était possible de vivre puisque celui qui gagne peu paie peu d'impôts. Seul l'impôt est à même de garantir l'équité fiscale ! Les taxes sont socialement injustes par définition !


[ Taxe au sac ]
Trier ses déchets devrait être quelque chose de naturel !

 

Le Matin Dimanche du 20 janvier 2013
Courrier des lecteurs

 

COMMENTAIRES:

 

... Sauf que le débat n'est pas le tri des déchets, là-dessus tout le monde est d'accord. Le débat, c'est la taxe fixe par habitant, donc la  façon dont ce tri est financé.
Car cette taxe est totalement injuste du point de vue de l'équité fiscale puisque ce sont les pauvres et les retraités qui la financent. Les riches, eux, voient leurs impôts communaux baisser avec son introduction !...

 

Cette taxe, ce nouvel impôt qui ne touche que la partie la plus défavorisée de notre population, les pauvres, les retraités et les familles nombreuses, est une injustice fiscale indigne de notre état de droit. Sous prétexte d'inciter à trier les déchets (pour  mettre les écologistes de son côté), on a créé une nouvelle pompe à fric sur le dos des plus défavorisés ! C'est une honte !

 

A Bussigny, une famille pauvre pourrait voir sa charge fiscale communale augmenter de 30%, un couple de retraités de 13%, et même pire, un petit entrepreneur peut voir sa charge fiscale communale augmenter de 40%. Alors qu'un super-riche n'aura qu'une augmentation de charge fiscale de 2,2%.   
Détails des calculs ci-dessous


[ Taxe au sac ]

Comme de moutons...

 

Le Courrier du 16 janvier 2013

Courrier des lecteurs

 

COMMENTAIRES:

 

C'est hallucinant de constater ce que les lecteurs de journaux comprennent des articles qu'ils lisent ! Lorsqu'ils lisent "taxe au sac", ils pensent immédiatement aux sacs poubelle qu'il faut maintenant payer 2 Francs et plus en vertu du principe du pollueur-payeur. Alors  que le problème n'est absolument pas là !

 

Le problème c'est la taxe fixe qu'il faut payer maintenant en plus des impôts. Car cette taxe viole plusieurs principes légaux et moraux:

  1. Légal: Selon la Loi fédérale, l'élimination des déchets doit maintenant se faire en vertu du principe du pollueur-payeur, c'est-à-dire que celui qui pollue le plus doit payer le plus. Une taxe fixe, appliquée à tous quel que soit l'amplitude de sa pollution viole légalement ce principe puisque le montant de la taxe est identique pour tous, qu'on pollue ou pas.
     

  2. Légal: Ensuite, l'esprit de la Loi est que plus on pollue (donc moins on trie), plus on doit payer. Une taxe fixe viole ce principe de proportionnalité puisqu'elle n'est pas proportionnelle à la quantité de déchets produits ou inversement proportionnelle à l'intensité du tri des déchets pratiqué.
     

  3. Légal: Selon la Loi, l'introduction de la taxe au sac doit être fiscalement neutre, ce qui est logique puisqu'auparavant les frais d'élimination des déchets étaient couverts par l'impôt ordinaire. Il faut donc trouver le moyen de diminuer les impôts de l'équivalent de ces frais et de faire payer une taxe à la place. Mais voilà, une taxe ne dépend pas du revenu, il est donc mathématiquement impossible de compenser une taxe fixe (somme fixe) par une diminution d'impôt (somme variable en fonction du revenu).

    Dans le cas de Bussigny (taxe fixe de 85.-/personne/an), une famille de 3 personnes devra débourser 3 x 85.- soit Fr 255.-/an de taxe. La Municipalité a décidé (entériné par le Conseil communal) de compenser cette taxe par un abattement de 3 points d'impôts, ce qui fait 4,6%.

    Pour un contribuable qui devait s'acquitter d'un impôt communal de 1'000 Francs, la diminution de 4,6% fait 46 francs, mais comme il doit s'acquitter d'une taxe de 255 Francs, sa charge fiscale augmente de 209 Francs (255-46) à cause de l'introduction de la taxe au sac fixe.

    Pour un contribuable qui devait s'acquitter d'un impôt communal de 10'000 Francs, la diminution de 4,6% fait 460 francs, mais comme il doit s'acquitter d'une taxe de 255 Francs, sa charge fiscale diminue de 205 Francs (460-255) à cause de l'introduction de la taxe au sac fixe.

    Pour un contribuable qui devait s'acquitter d'un impôt communal de 100'000 Francs, la diminution de 4,6% fait 4600 francs, mais comme il doit s'acquitter d'une taxe de 255 Francs, sa charge fiscale diminue de 4'345 Francs (4600-255) à cause de l'introduction de la taxe au sac fixe.

    On constate donc que la compensation de l'introduction de la taxe au sac à Bussigny enfreint la Loi fédérale qui stipule que "l'introduction de la taxe doit être fiscalement neutre".
     

  4. Légal: Bussigny enfreint aussi le principe de proportionnalité inscrit dans la Loi puisque la charge fiscale due à son introduction ne dépend pas de la quantité de déchets produits mais du revenu imposable du contribuable (point 3 ci-dessus).
     

  5. Moral: On le voit au point 3 ci-dessus, un petit contribuable verra sa charge fiscale augmenter de 209 Francs (+20,9%) alors qu'un très riche verra sa charge diminuer de 4'345 Francs (-0,43%). Est-il moralement soutenable d'introduire le principe du pollueur-payeur, mesure de haute tenue morale, en faisant payer les pauvres contribuables mais pas les riches?

A Bussigny-près-Lausanne, le Conseil Communal n'a pas réalisé que la méthode d'introduction de la taxe au sac proposée par la Municipalité était perverse et qu'il allait ainsi créer une injustice sociale au sein d la commune. Il l'a voté sans opposition et même, paraît-il, avec des acclamations. L'erreur est humaine, et ce qu'il a introduit rapidement et sans trop réaliser ses conséquences, il peut aussi le corriger.

 

Le plus simple serait de supprimer la taxe au sac fixe. Resterait alors la surtaxe du prix des sacs-poubelle, amplement suffisante pour inciter un tri des déchets king size. Renens l'a fait, Bussigny le pourrait aussi. Ce faisant, les autorités communales s'en trouveraient grandies et la justice sociale (donc la paix) rétablie dans la bonne et paisible commune de Bussigny.

 

Ou si vraiment la Municipalité tient absolument à ce que l'élimination des déchets soit financé par une taxe, c'est vraiment très simple: elle ne touche pas aux impôts mais leur déduit le montant de la ou des taxes payées. Ainsi la Loi (ou plutôt, selon moi, sa mauvaises interprétation car je ne peux imaginer que nos parlementaires aient été si tordus...) serait respectée. La neutralité fiscale de son introduction aussi et l'égalité entre riches et pauvres devant la taxe au sac également !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ Taxe au sac ]
L'indignation !

 

24 Heures du 7 janvier 2013

Courrier des lecteurs

 


[ Taxe au sac ]
Le tollé !

 

24 Heures du 7 janvier 2013

Courrier des lecteurs

 

COMMENTAIRES:

 

Rien d'autre à dire que cette taxe au sac est un nouvel impôt qui ne dit pas son nom. Les sacs à Fr. 2.- pour encourager le tri des déchets à la rigueur d'accord. Mais la taxe de Fr. 85.-/personne avec la contrepartie d'un abaissement de 3 points du taux d'impôt communal, voilà la vraie injustice ! Car une taxe s'applique à tous les contribuable sans distinction, quels que soient leurs revenus. C'est en cela qu'une taxe est injuste. La justice fiscale est réalisée par l'impôt qui, lui, est proportionnel aux revenus et à la fortune du contribuable.

 

Voir les détails de calcul ci-dessous

 

Comment se fait-il que nos élus ne se soient pas aperçus de cette infamie et aient accepté sans opposition l'introduction de ce NOUVEL IMPOT ? Nos élus sont-ils tous des riches, y compris ceux de la Gauche ? Notre Conseil communal s'est fait rouler dans la farine et nous, on s'est fait avoir mes amis !...

Retour