Faut-il bâtir des tours plutôt que des écoquartiers ?

Retour

 

Apprenez des erreurs des autres car vous ne pourrez pas les faire toutes ! (proverbe arabe)

 

L'avenir m'intéresse parce que c'est là que j'aimerais passer mes prochaines années (Woody Allen)

Les promoteurs, soutenus par les autorités, veulent imposer, contre toute logique de confort pour la population, des constructions d'une densité inégalée jusqu'ici en Suisse. Sous couvert d'écologie (le mitage du territoire), ils veulent parquer la population dans des cages à lapin verticales. Alors bien-sûr, cela leur fera gagner un maximum d'argent en un minimum de temps. Mais à ceux qui devront y habiter, en supporter les nuisances et aussi en payer les infrastructures communales, y pensent-ils ?

 

A la rigueur, on pourrait admettre la construction de tours dans les centres ville, là où il n'y a vraiment plus moyen de construire faute de place, et pour y abriter des entreprises et des bureaux. Mais pas à l'extérieur des villes et surtout pas pour y loger des familles. Notre pays est riche et peut se permettre d'offrir mieux à ses citoyens en terme de logements !

  • La circulation doit être planifiée avant toute nouvelle construction
    Il est rare qu'un projet de construction prévoie quelque chose pour diminuer l'impact de l'accroissement de la circulation automobile qu'il va engendrer. Or à Bussigny, c'est déjà l'asphyxie aux heures de pointe,
    105'000 passages/jour sur l'autoroute Suite

     

  • Les tours sont des gouffres énergétiques
    Les tours sont des gouffres énergétiques. Il faut plus d'énergie pour les construire et plus d'énergie pour les exploiter (ascenseurs, climatisation, sécurité, etc.).  Suite
     

  • L'esthétique
    Que penser de l'esthétique d'une énorme tour en plein centre d'un village en pente dont aucune maison ne fait plus de 5 étages ? Tous les projets de tours en parlent comme "emblêmes", mais ceux qui les auront en plein milieu de leur champ de vision utiliseront plutôt "verrue" comme adjectif... Suite
     

  • Les tours ne sont pas faites pour y à habiter
    Par rapport à une construction traditionnelle plus basse, une tour, du fait de sa construction en hauteur, a des inconvénients qui font  que qu'il n'est pas agréable d'y habiter, voire même dangereux. Suite
     

  • Les impôts
    La construction des énormes complexes immobiliers prévus  va nécessiter la création de nouvelles infrastructures, on ne double pas impunément la population d'un village en si peu de temps. Les citoyens vont donc devoir passer à la caisse...  Suite

     

  • Dans les tours, les loyers sont plus élevés
    Car la construction en hauteur coûte plus cher et les tours consomment plus d'énergie, ce qui implique des loyers élevés. A coup sûr pas à la portée des aînés, des jeunes familles, des étudiants et des familles mono parentales!  Suite
     

  • La pollution
    Tout projet de construction doit intégrer les moyens de diminuer la pollution qu'il va engendrer. A Bussigny, il y a 10 ans, la pollution dépassait déjà les maxima admissibles. Aujourd'hui on n'en parle plus de la pollution ! Et pourtant, c'est elle qui avait contraint nos autorités  à imposer un  moratoire des constructions dans tout l'Ouest lausannois. Suite
     

  • Des surfaces commerciales ou des logements
    Pourquoi construire de nouvelles surfaces de bureau alors que la région de Bussigny en compte déjà actuellement plus de 30'000 m2 qui ne trouvent pas preneur. Ce sont des appartements qu'il faut, pas des surfaces de bureau. Et surtout avec des loyers abordables ! Suite
     

  • Les grands projets nécessitent des années de construction. Donc des nuisances de toutes sortes pour les habitants !... Suite
     

  • Trop vite et trop à la fois
    L'augmentation démographique d'un village doit être soigneusement planifié afin d'intégrer et de minimiser tous les désagréments amenés par une croissance trop rapide. La précipitation n'est jamais bonne conseillère car  c'est l'arme favorite des margoulins qui veulent vous vendre n'importe-quoi.  Suite

Plutôt que des tours, qui sont passées de mode et que presque plus personne ne pense à proposer pour de l'habitat car elles sont chères, difficiles à sécuriser et dévoreuses d'énergie, ce sont des éco-quartiers qu'il faut construire. Des bâtiments pas trop hauts, agréables à habiter, écologiquement et énergiquement respectueux, entourés de verdure, avec des parkings collectifs enterrés. Et des voies de desserte planifiées et des transports publics efficients. Il faut également des magasins et des lieux publics à proximité afin que la population n'ait pas à prendre sa voiture pour faire ses courses dans les super marchés situés entre les bretelles des autoroutes (comment y aller autrement qu'en voiture?). C'est surtout important pour assurer l'indépendance et le confort des personnes âgées et des jeunes familles.


Des quartiers où il fait bon vivre, c'est cela que nous voulons pour nos villages !


Les Vergers, Meyrin (GE) (Suisse)
Densité:  216 pers/ha

BedZed, Beddington (Grande Bretagne)
Densité:  147 pers/ha




Eco-Viiki, Helsinki (Finlande)
Densité:   475 pers/ha

Vauban, Fribourg-en-Brisgau (Allemagne)
Densité:  132 pers/ha

Bo01, Malmö (Suède)
Densité: 122 pers/ha

Hammarby Sjöstad, Stockholm (Suède)
Densité:  125 pers/ha

 

Retour